Date de publication13 Jan 2020 - 10:58
Code d'article : 448023

La riposte au crime commis par les États-Unis n'est pas terminée

Taghrib (APT)
« Grâce à l’Iran, son Leader et des commandants comme le général de corps d’armée Qassem Soleimani, la Résistance libanaise est devenue une menace pour l'existence du régime israélien », a déclaré Seyyed Hassan Nasrallah, lors d’un discours, prononcé dimanche 12 janvier.
La riposte au crime commis par les États-Unis n
À l’occasion du septième jour du deuil de l’assassinat du général de corps d’armée Qassem Soleimani et ses compagnons, le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, a prononcé un discours qui a été retransmis en direct par vidéoconférence dans les centres culturels de Baalbek, de Hermel, de Nabatieh, de Bekaa, de Tyr et de Bint-Jbeil.

Évoquant l’attaque de représailles de l’Iran contre une base militaire américaine en Irak, Nasrallah a déclaré : « la riposte au crime commis par les États-Unis, entraînant l’assassinat de Qassem Soleimani, ne se résume pas en une seule opération. Il s’agit d’un processus à long terme qui devra se solder par l’expulsion des militaires américains de la région. Les militaires américains doivent quitter le Moyen-Orient, ou comme le Leader de la Révolution islamique l’appelle : l’Asie de l’Ouest ».
Nasrallah appelle l'Irak à se libérer de l'occupation US
Nasrallah appelle l’Irak à se libérer de l’occupation US
Le secrétaire général du Hezbollah a déclaré que le martyre de Qassem Soleimani constituait un tournant historique, non seulement pour l’Iran, mais pour toute la région.

Le numéro un du Hezbollah a réaffirmé que ce qui s’était passé à Aïn al-Asad n’était qu’une gifle, comme l’avait indiqué le Leader de la Révolution islamique. « Quiconque pense que l’attaque contre Aïn al-Asad était une riposte à l’assassinat de Qassem Soleimani se leurre », a-t-il déclaré ajoutant que « ce n’est que le début d’un long processus ».

    Lire aussi: "Ce n'était qu'une gifle!" (Leader)

Nasrallah a souligné que l’attaque contre Aïn al-Asad était la première étape d’une série de coups en cascade qui devrait entraîner la fin de la présence militaire des États-Unis dans la région.

Seyyed Hassan Nasrallah continue : « Parlons un peu de cette gifle ! Je voudrais vous expliquer ce que veut dire cette gifle. Dès le début, les médias, par exemple les médias des pays arabes du golfe Persique dont les sensibilités sont plus américaines que celles des médias américains, ont rapporté que l’attaque iranienne n’avait fait ni mort ni blessé.

Premièrement, cette gifle méritée met en évidence le courage sans pareil des responsables iraniens qui bénéficient du soutien de leur peuple. Tous les experts reconnaissent qu’une telle attaque contre les forces armées américaines était la première du genre depuis la Seconde Guerre mondiale, d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’un groupe armé, mais de l’armée classique d’un État.

Cette attaque met en évidence un courage et une audace sans précédent. Qui d’autres ose le faire ? Depuis la Seconde Guerre mondiale, qui d’autres a pu tenir tête devant les États-Unis et frapper leur base par des missiles ? Trump avait menacé de frapper 52 cibles en Iran si les Iraniens lançaient une attaque de représailles, mais les Iraniens ont dit aux Américains que quand ils se vengeraient, ils frapperaient toutes les bases des États-Unis dans la région plus Israël.

Deuxièmement, cette gifle a révélé les grandes capacités militaires de l’Iran, car les missiles sont de fabrication iranienne. Les cibles ont été identifiées et localisées par les experts iraniens et non pas par les conseillers loués aux États-Unis ou à d’autres pays. Ces missiles ont parcouru des centaines de kilomètres pour atteindre leurs cibles avec une très haute précision. Il ne faut pas oublier que la République islamique d’Iran dispose d’autres types de missiles encore plus précis.

Bien que les Américains aient été en état d’alerte maximale, ils n’ont pu intercepter même l’un de ces missiles. Cela constitue un message pour ceux qui se rallient aux États-Unis et aussi pour Israël qui menace de frapper des installations en Iran ».

Le secrétaire général du Hezbollah a réaffirmé que cette gifle était porteuse d’un puissant message destiné aux Israéliens : « lorsque vous entendez les propos du Leader de la Révolution islamique et des responsables iraniens, vous devez les prendre au sérieux ! » Et d’ajouter : « Les missiles iraniens ont frappé la base des Américains à Aïn al-Asad en Irak, mais c’est en Israël qu’ils ont semé la panique. Il s’agit d’un grand coup important. Dire que cette attaque a laissé des morts et des blessés ou pas, c’est le temps qui le prouvera. En effet, la frappe iranienne a anéanti le faux prestige des États-Unis aux yeux de leurs amis et de leurs ennemis. Les Américains se sont cachés dans les abris. C’est pourquoi un expert israélien a dit que Trump finirait par quitter l’Irak et même toute la région et qu’il abandonnerait Israël ».

Seyyed Hassan Nasrallah a ensuite rappelé l’attitude des hauts responsables de l’administration américaine qui accompagnaient lors de son discours. « Ils ont dit que l’attaque iranienne n’a fait aucune victime, mais ils n’avaient pas l’air rassuré d’une personne qui se croirait victorieuse », a souligné M. Nasrallah.

« Au début de son discours, Donald Trump a déclaré qu’il ne permettrait pas à l’Iran d’atteindre l’arme nucléaire. C’est un discours stupide, car l’Iran ne cherche pas à se doter de l’arme nucléaire. »

Le secrétaire général du Hezbollah s’est ensuite attardé sur les propos du président américain qui prétendait vouloir combattre Daech. « Toi, tu es un hypocrite. Comment veux-tu combattre Daech alors que tu as ordonné l’assassinat de deux grands commandants qui dirigeaient le combat contre Daech ? Pour répondre aux Américains qui le critiquent pour avoir semé partout la tension, Trump a accusé le général Soleimani d’avoir préparé des attaques contre les intérêts des États-Unis. On dit que Trump est le président qui ment plus que ces prédécesseurs. Il ment quand il dit que Qassem Soleimani voulait attaquer les intérêts des États-Unis. Cette gifle des Iraniens était une leçon de courage et de foi face à l’ennemi pour savoir que la puissance des États-Unis a bien ses limites. »

Le secrétaire général du Hezbollah a déclaré que l’assassinat du général Soleimani était un crime commis en Irak et qu’il revenait aux Irakiens d’y riposter, car leur souveraineté avait été violée par les Américains. « En outre, un responsable de haut rang des forces armées irakiennes en même temps que Qassem Soleimani et d’autres combattants. Au même titre que pour l’Iran, il incombera donc à l’Irak de riposter à ce crime. »

Concernant le prochain coup de l’axe de la Résistance, après l’attaque d’Aïn al-Asad, Nasrallah a déclaré : « Je crois que l’axe de la Résistance devra faire un pas. Ce qu’a été dit il y a quelques jours n’était pas destiné à l’opinion publique. Les combattants de la Résistance sont sérieux, honnêtes et motivés pour atteindre l’objectif qu’ils ont annoncé. Les Américains devront déplacer leurs forces et quitter leurs bases. »

Selon Nasrallah, « l’administration américaine et les assassins qui ont commis ce crime payeront cher et apprendront comment leurs calculs étaient erronés ». Et d’ajouter : « Après l’assassinat de Soleimani, le président, le secrétaire à la Défense et d’autres responsables américains ont déclaré que le monde connaîtrait la sécurité après la mort de Soleimani, mais vous vous trompez ! Quel est ce monde qui connaîtra la sécurité ? Le monde des Syriens ? Le monde des Yéménites ? Le monde des Libanais ? Le monde des Irakiens ? Ou le monde des Bahreïnis ? Le temps prouvera que le monde sera autrement après le martyre du général de corps d’armée Soleimani, car c’est le début d’une nouvelle ère et j’en parlerai plus dans l’avenir ».

 
votre nom
Votre adresse email