Date de publication2 Dec 2019 - 9:58
Code d'article : 443936

Les États-Unis veulent éliminer les Hachd al-Chaabi en Irak.

Taghrib (APT)
À la fin de 2011, les États-Unis de Barack Obama ont retiré le plus gros de leurs troupes d’Irak, conformément à l’accord de sécurité signé avec Bagdad. Depuis, Washington a pourtant tout fait pour maintenir, puis développer sa présence militaire en Irak. L’instrumentalisation de Daech en 2014 était en réalité une tactique de la Maison-Blanche pour réaliser ce projet militaire. Malgré la défaite définitive de Daech en Irak face à l’armée et les Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi), les États-Unis continuent leurs efforts pour renforcer leur présence militaire dans ce pays.
Les États-Unis veulent éliminer les Hachd al-Chaabi en Irak.
Récemment, des informations ont été diffusées au sujet d’une concentration de militaires américains à Habbaniyah dans le cadre d’un nouveau plan des États-Unis pour développer une nouvelle intervention militaire par procuration. Le nombre de bases militaires américaines en Irak a augmenté à douze pendant ces trois derniers mois.

La conclusion d’accords militaires avec la région autonome du Kurdistan irakien a autorisé Washington à y posséder cinq bases militaires: trois bases à Sinjar (Ninive), Atrush (Dohuk), Harir (Erbil), Halabja (Souleimaniya) et Altun Kupri (Kirkuk).

Dans le même temps, les Américains intensifient leurs activités militaires dans les deux bases militaires d’Aïn al-Assad et de Habbaniyah situées dans la province d’al-Anbar (ouest).

Le nouveau plan des États-Unis dans les régions à population sunnite consiste à faire déclencher des guerres par procuration. Dans la province d’al-Anbar, notamment à Habbaniyah, cela s’est traduit par la formation d’une milice tribale tout près de la base des militaires américains.

Des sources irakiennes font état des mouvements non négligeables des militaires américains pour créer deux nouveaux bases dans la province d’al-Anbar.

La ville et la base aérienne de Habbaniyah se trouve à l’ouest de Falloujah et à l’est de Ramadi. À présent, les Américains essaient de former une milice sunnite tribale dans cette partie de la province d’al-Anbar, qui devrait, selon eux, former une sorte de « zone tampon » entre Bagdad et Damas.

Cette milice tribale devrait couvrir de vastes territoires dans les deux provinces irakiennes de Ninive et d’al-Anbar. Jusqu’à présent, quelque 2 000 personnes se sont inscrites pour adhérer à cette milice et les conseillers militaires américains ont déjà commencé à les armer et former. Certains pays de la région coopèrent avec les militaires américains pour la formation de ces forces tribales.

Le but du nouveau plan américain à Habbaniyah

Il y a une dizaine de jours, l’ambassadeur des États-Unis en Irak, Matthew Tueller, a effectué une visite inopinée dans la province d’al-Anbar. Il s’est rendu surtout au camp d’entraînement où les militaires américains forment, depuis trois semaines, quelque 2 000 membres de la nouvelle milice sunnite tribale.

Dans le même temps, le consul américain à Erbil a rendu visite à un groupe de militants sunnites de la région autonome du Kurdistan irakien. Certains observateurs croient que l’objectif des États-Unis est d’ouvrir un front sunnite en Irak contre la majorité chiite du pays. Dans cette perspective, il serait possible qu’une vague de violences, d’attentats et de massacres se déclenche bientôt dans les régions à population sunnite, d’abord à Mossoul, puis à Falloujah et dans les villes sunnites d’al-Anbar.

Après cette première phase de violence, les Américains essaieront d’organiser dans les provinces sunnites du pays une série de manifestations populaires comparables à celles qui ont eu lieu dans les provinces chiites.

À cette étape-là, les États-Unis pousseront la milice sunnite à entrer en affrontement avec les forces chiites, notamment les Hachd al-Chaabi, qui ont joué un rôle déterminant dans la libération des régions occupées auparavant par Daech. L’un des objectifs de ce plan est de convaincre Bagdad à dissoudre les Hachd al-Chaabi.

Le but final de Washington est d’augmenter son influence parmi les groupes politiques sunnites et de pousser les milices sunnites vers une confrontation avec le gouvernement de Bagdad.
votre nom
Votre adresse email