Date de publication19 Nov 2019 - 13:58
Code d'article : 443040

Des agents des services de renseignement irakiens ont chassé le chef de Daech

Taghrib (APT)
Sur fond des spéculations au sujet de la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi marquées par l’absence de preuve concrète de la part de la Maison-Blanche qui s’en attribue la gloire, les sources informées irakiennes explorent le rôle joué par Bagdad dans la localisation du chef du groupe terroriste Daech.
Des agents des services de renseignement irakiens  ont chassé le chef de Daech
Des agents des services de renseignement irakiens ont suivi le chef de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, pendant des années avant de faire une pause qui selon eux, était essentielle pour le coincer.

Cette pause correspond à l'arrestation en mai d'un des beaux-frères d'al-Baghdadi, Mohammed Ali Sajet al-Zubaaei, qui a rejoint Daech en 2015 et était devenu l'un des guides de confiance du chef de Daech.
 
C’était le point culminant de la tactique irakienne qui consistait à suivre al-Baghdadi en cherchant ses proches, a déclaré le lieutenant-général Saad al-Allaq, chef de la direction du renseignement militaire irakien.

"Nous observions les mouvements d'al-Baghdadi de manière indirecte à travers sa famille", a déclaré al-Allaq. "Cela nous a permis de procéder en catimini et donner à al-Baghdadi l'impression que nous ne surveillions pas ses mouvements".

Al-Zubaaei avait aidé al-Baghdadi à éviter les autorités lors de son voyage. Après avoir été lui-même capturé par les Irakiens à la périphérie de Bagdad en mai 2019, il a fourni des informations cruciales, ont déclaré des agents des services de renseignement irakiens.

Al-Zubaaei a conduit les forces de sécurité dans un tunnel situé dans le désert près de Qaim, dans l'ouest de l'Irak à proximité de la frontière syrienne, où ils ont découvert des objets personnels appartenant à al-Baghdadi, ainsi que des cartes et des notes manuscrites sur les lieux.

Al-Zubaaei avait également laissé entendre que le chef de Daech se trouvait à Idlib, en Syrie, ont indiqué les agents.

Les forces de sécurité irakiennes ont par la suite pu s'infiltrer dans un réseau de contrebande d’al-Baghdadi en Syrie, ce qui a permis de le retrouver, ont-ils ajouté.

La nouvelle selon laquelle al-Baghdadi se trouvait à Idlib semblait étrange pour de nombreux analystes. Idlib étant sous le contrôle de Hayat Tahrir al-Cham, un groupe terroriste lié à al-Qaïda. Il est vrai que les groupes terroristes ont beaucoup en commun sur le plan idéologique, mais Daech est depuis de nombreuses années aux prises avec al-Qaïda et ses affiliés avec de violents combats en Syrie. Cela semblait donc une cachette improbable pour al-Baghdadi, en particulier dans un village situé à seulement 5 km de la frontière turque.

Al-Allaq a déclaré qu'une grande partie des commandants de Daech s'étaient réfugiés dans le nord de la Syrie pour se rapprocher de leurs sources de financement.

L'Irak poursuivait le leader insaisissable de Daech depuis qu'il avait proclamé le soi-disant califat de la Grande Mosquée de Mossoul en juillet 2014.

Des espions ont été envoyés dans la ville et les Irakiens ont même bouclé une zone en croyant pouvoir le piéger. À ce moment-là, il changeait d'emplacement plus de 10 fois par jour, a précisé al-Allaq.

Or, tous les mouvements d’al-Baghdadi sur les frontières syro-irakiennes étaient surveillés par les troupes américaines qui s’y étaient déployées pour la ré-émergence de Daech et qui avaient créé plusieurs bases militaires avec pour objectif de contrer l’axe de la Résistance.

Selon des officiers du renseignement de l'armée irakienne, al-Baghdadi se trouvait en Irak lorsque le groupe terroriste Daech était à son apogée avant que les opérations militaires irakiennes à Mossoul et ses alentours ne commencent à chasser les terroristes.

Al-Baghdadi a fui en août 2017 en Syrie en empruntant un territoire contrôlé par Daech. Des agents irakiens ont continué à le suivre alors qu'il se dirigeait vers le nord, en suivant la route de l'Euphrate vers Deir ez-Zor, où il se trouvait en février 2018, ont annoncé des responsables des services de renseignement irakiens.

Un rôle clé a été joué à cette époque par le père de la troisième épouse d'al-Baghdadi, qui est connu sous l’appellation de "fantôme du désert" pour sa capacité à déplacer des groupes de Daech sans être détecté entre Mossoul en Irak et Raqqa en Syrie, ont rappelé des sources informées irakiennes.

En février 2018, l'Irak a annoncé une nouvelle avancée décisive suite à l'arrestation de Mohammed al-Dulaimi qui était le fils d'un ancien adjoint d'al-Baghdadi et l'un de ses principaux coursiers des messages codés de Daech à l'époque. Cette arrestation a généré plus d'informations sur al-Baghdadi et al-Zubaaei, et a constitué une étape décisive menant à sa capture, a déclaré al-Allaq en indiquant qu’al-Baghdadi a quitté sa cachette à Deir ez-Zor après l'arrestation d'al-Dulaimi.

Les responsables des services de renseignement irakiens ont déclaré qu'al-Baghdadi avait ensuite poursuivi ses activités dans le désert syrien, entre Palmyre et Homs, au moins jusqu'au mois de mars, avant de se diriger vers le Nord, où il a été pris au piège.
 
votre nom
Votre adresse email