Date de publication10 Nov 2019 - 14:51
Code d'article : 442267

L'Iran permet toujours l'AIEA d'inspecter ses installations

Taghrib (APT)
Selon le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) vont vérifier dimanche la reprise de l’enrichissement nucléaire sur le site nucléaire iranien de Fordow.
L
Behrouz Kamalvandi a déclaré samedi que l'Iran avait commencé à injecter du gaz d'hexafluorure d'uranium (UF6) dans 1 044 centrifugeuses dans le cadre de la quatrième réduction de ses engagements dans le cadre de l'accord de 2015 sur le nucléaire.

Il a également déclaré que l'AIEA surveillait le processus d'injection de matières nucléaires dans les centrifugeuses et que ses inspecteurs analyseront les échantillons prélevés dimanche dans les centrifugeuses avant de faire un rapport de vérification concernant l'enrichissement sur le site nucléaire.

Il a affirmé que l'enrichissement d'uranium à Fordow se déroulerait à pleine capacité dans les prochains jours et que cela augmenterait le niveau d'enrichissement d'uranium du pays à 9 500 UTS (unité de travail de séparation), proche de la capacité d'avant l’accord nucléaire de 2015.

Mercredi 6 novembre, à minuit, l'Iran a relancé l'enrichissement de l'uranium à Fordow, suivant la quatrième étape de la réduction de ses engagements nucléaires en riposte au mépris total des signataires envers le respect de leurs propres engagements pris dans le cadre de l'accord de 2015.

Et ce processus de réduction des engagements nucléaires se poursuivra au rythme où vont les événements.

Inspecteurs de l'AIEA ou espions?

 l'ambassadeur iranien auprès de l'AIEA, Kazem Gharib Abadi a déclaré jeudi que la République islamique d’Iran ne plaisante pas avec la sécurité et la sûreté de ses installations nucléaires.

M. Gharib Abadi a tenu ces propos à l'issue d'une session à huis clos du Conseil des gouverneurs de l'Agence.

« La session du Conseil des gouverneurs a été consacrée à deux questions, dont la curieuse situation de l'un des inspecteurs de l'AIEA ».

L’Iran a annulé en effet l’accréditation de l’inspectrice en question après que le système d' alarme a été automatiquement déclenché dès l’entrée dans l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz de l'inspectrice en question.

L'inspectatrice portait sur elle des « produits suspects », a déclaré l’OIEA dans un communiqué cité par l’agence officielle iranienne Fars News. En conséquence, elle s'est vue refuser l'entrée. les détecteurs utilisés à plusieurs reprises dans le sac à main de l'inspectrice ainsi que dans les services sanitaires qu'elle avait utilisés, montraient des traces de matériaux suspects.

l'AIEA envoie-t-elle des espions à l'Iran au lieu des inspecteurs? S'il est vrai que l'inspectrice a pu quitter le pays il n'en reste pas que la réponse à cette question reste ouverte.  Depuis la mort suspecte de l'ex directeur général Yukio Amano les interférences US dans les affaires de l'Agence sont scandaleusement criantes. même si le retrait unilatérale des USA du  PGAC et le désaveu ainsi affiché à l'endroit de l'Agence aurait  dû leur enlever systématiquement tout droit à la parole.

Les USA ne sont pas au courant des choses !

Ainsi le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, s'est-il permis le vendredi 8 novembre de fustiger l'Iran ; de l'accuser d'avoir  fait chanter l'Agence! Or la rhétorique combinée à l'incident précité prouve une chose: Les USA travaillent a ce que l'AIEA devienne un levier de pression supplémentaire contre l'Iran ...Mais l'Iran va-t-il accepter cet état de faits? un retrait iranien du TNP n'est plus à écarter

 
votre nom
Votre adresse email