Date de publication9 Nov 2019 - 10:25
Code d'article : 442134

Une coalitions bien incomplète pour contrer l'Iran

Taghrib (APT)
« Nous ne pensons pas que ces six pays - la Grande-Bretagne, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn, l’Australie, l’Albanie ainsi que les États-Unis - soient capables de protéger la navigation maritime, car la plupart d’entre eux, à l’exception de l’Amérique et de la Grande-Bretagne, n’ont pas de puissance navale effective. Les moyens de dissuasion de la marine iranienne sont très efficaces, en particulier les missiles et les sous-marins de fabrication locale, ainsi que des centaines de petits et de grands navires de guerre capables de détruire des navires ennemis sans être détectés par les radars », a ajouté Abdel Bari Atwan.
Une coalitions bien incomplète pour contrer l
L’auteur poursuit ensuite son article en posant la question suivante: Pourquoi les pays intéressés par cette protection dans le golfe Persique, tels que la France, l'Allemagne, la Belgique, la Chine et l'Inde, n'ont-ils pas souvent utilisé leurs navires et leurs pétroliers comme partenaires dans toutes les guerres américaines dans la région ? La réponse est simple: car ce sont les États-Unis qui ont provoqué toutes ces tensions et menacé la sécurité et la stabilité de la région et du monde en se retirant de l’accord nucléaire iranien.

« Sur la base de l’expérience passée, des navires de la marine iranienne ont réussi à saisir deux navires britanniques dans le détroit d’Hormuz à la suite de l’immobilisation de son pétrolier à Gibraltar et ce alors que les navires de la marine américaine n’ont pas réagi et ne sont pas intervenus pour empêcher une telle immobilisation. Le point le plus redoutable est que le président américain Donald Trump a annoncé que cette nouvelle alliance n’interviendrait pas pour protéger ces navires et que cette protection serait limitée aux navires américains », a souligné Atwan.

La question qui se pose maintenant est de savoir si les porte-avions et les navires américains se sont enfuis dans la mer d’Arabie et installés à 800 km des eaux du golfe Persique pour être en dehors de la portée des missiles iraniens. Or comment pourraient-ils protéger les pétroliers et les navires marchands dans les eaux du golfe Persique et le détroit d’Hormuz ?

Le problème dans son ensemble fait partie du chantage imposé par Washington aux trois pays du golfe Persique impliqués dans cette alliance, dont l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn ; car leur présence a pour but de couvrir les dépenses, que ce soit en approvisionnant les navires en carburant, ou en payant de l’argent en espèces directement ou indirectement. Donald Trump a une longue expérience dans ce domaine et ne peut se voir offrir une protection sans recevoir le prix à l’avance…
votre nom
Votre adresse email