Date de publication5 Nov 2019 - 11:38
Code d'article : 441847

Les Irakiens neutralisent le complot américain

Taghrib (APT)
Que comprendre de la visite d'une haute délégation US en Irak alors que le pays connait un dixième jours de manifestations qui en dépit de tous les investissements Washington/Riyad/Tel-Aviv n'ont pas débouché sur une chute du gouvernement Mahdi, coupable d'avoir cherché à ériger un Etat irakien pleinement souverain ? La réponse est claire : il y a quelque chose qui n'a pas fonctionné comme il faut. Pire, il y a quelque chose de bien grave qui se serait produit, propre à avoir pris de court les "stratèges du chaos".
Les Irakiens neutralisent le complot américain
La presse dominante se fait un malin plaisir de disserter ad nauseaum de la corruption endémique paralysant le fonctionnement normal de l'Etat irakien, sans toutefois s'intéresser à sa racine: le système politique hérité de l'invasion US en 2003 est basé sur la rente, rente que le peuple irakien paie avant tout aux entreprises US . Selon des rapports établis par les sources irakiennes, l'Etat se doit de payer 30% de ses recettes pétrolières pour tous les 4 millions de barils de pétrole qu'il vend chaque jour. D'autres sources dénoncent les tentaculaires réseaux américains qui dominent les secteurs stratégiques comme l'énergie , l'électricité ou encore l'agriculture où l'Etat irakien ne peut agir qu'en demandant le feu vert préalable des entreprises US.

Or, paradoxalement ce sont ces mêmes "acquis post-occupation" que les Etats Unis voient en danger depuis qu'ils ont allumé la mèche de déstabilisation en Irak. La délégation US conduite par Adam Smith s'est entretenu avec le PM Mahdi, le président du Parlement mais aussi le Président Saleh offrant  lors de chacune de ses rencontres "l'appui US " en termes "politiques, économiques et militaires". L'Américain a eu même le culot de recommander le respect des droits des irakiens, ceux-là mêmes qui ont payé au prix de leur sang près de 10 ans d'occupation de leur pays par les troupes US. Mais M. Smith a l'air inquiet : en effet un contre-coup d'Etat anti-US se déroule en ce moment à Bagdad.

Interrogé par Al-Iraqiya, Le secrétaire général du courant d’Asaïb Ahl al-Haq, l'une des composantes la plus puissantes de la Résistance irakienne, les Hachd al-Chaabi,  a déclaré dans un entretien télévisé que plutôt que les Etats-Unis et l'Arabie saoudite,  c’étaient Israël et les Emirats Arabes Unis qui cherchaient à susciter plus d'agitations et d'affrontements en Irak.

Qais al-Khazali, secrétaire général du mouvement Asaïb Ahl al-Haq, a fait sur l’antenne de la télévision Al-Iraqiya, une analyse des récents développements en Irak, des manifestations de rue et de certaines interventions étrangères dans ce pays.

« J'exhorte les manifestants à continuer leurs protestations, mais ils ne doivent pas permettre aux saboteurs d'insulter et d'attaquer les forces de sécurité. Certaines personnes présentes aux manifestations ont des armes à feu et cela ne devrait jamais être le cas dans des manifestation pacifiques. Ces manifs sont marquées par la présence assidue des forces de l'ordre qui ne sont pas armées et cela est une grande évolution dans un pays occupé pendant des années par les Américains».

Al-Khazali a évoqué plus loin le projet infiniment dangereux de Daech, concocté dans les officines US/Israël et qui a été capoté grâce à la première force armée nationale irakienne que sont les Hachd lesquelles ont perdu au moins" 700 membres des combats anti-Daech": " Les initiateurs de Daech cherchent à punir les groupes de la Résistance et ceux qui ont résisté devant Daech. C'est une tentative destinée à affaiblir l'Etat irakien qui pèse désormais sur la scène internationale et prétend être médiateur des conflits". 

Al-Khazali a dénoncé des ingérences étrangères qui face à l'échec de la tentative du renversement du PM Mahdi, changent de tactique : «  Israël est impliqué dans les derniers troubles. Les agents du Mossad sont déployés dans plusieurs provinces du nord de l'Irak et même à Suleimaniyah. Il existe également une base commune de la CIA et du Mossad à l'aéroport de Bagdad. Le Mossad tentait de recruter les éléments de certains courants et partis marginalisés pour attiser la violence. Lors des manifestations du premier octobre, les saboteurs visaient à faire le plus grand nombre de victimes parmi la population, or le pèlerinage de l’Arbaïn (le 40ème jour de la mort en martyr de l’Imam Hossein) et la mise en place d'un comité d'enquête ont neutralisé les machinations des saboteurs. Cette fois aussi, alors que certaines parties cherchaient en provoquant des attaques contre les Hachd à déclencher une réaction de leur part, les Hachd ont fait échec à leur plan en adhérant la masse populaire dont les revendications sont les mêmes que celles des Hachd.»

Khazali a ensuite évoqué sa proposition d'amender la Constitution et changer le régime parlementaire à un régime présidentiel : " c'est une mesure qui pourrait réactiver les réformes et aider l'Etat à se mettre sur ses propres pieds. Et pourquoi pas à éliminer les éléments qui vivent depuis des années des rentes et de la corruption. Ce serait aussi une façon de retrouver notre plaine souveraineté, de revoir des pactes et des contrats qui ont rendu notre riche pays économiquement et politiquement faible, a-t-il ajouté. La proposition de Khazali a d'ailleurs été cautionnée par une autre figure de la Résistance irakienne et président de la coalition al-Fath,, Hadi al-Ameri. Cette proposition a été toute fois rejetée par des courants pro-Américains. Un régime présidentiel en Irak saura-t-il inverser la donne en défaveur des Américains?

 
votre nom
Votre adresse email