Date de publication20 Oct 2019 - 9:42
Code d'article : 440452

Syrie : la Turquie a détruit son hélicoptère

Taghrib (APT)
Un hélicoptère de l'armée turque s'est écrasé ce vendredi 18 octobre lors d'une opération dans le nord de la Syrie, a annoncé le ministère turc de la Défense.
Syrie : la Turquie a détruit son hélicoptère
Selon le ministère de la Défense, l’hélicoptère de l’armée turque s’est écrasé près de la ville frontalière de Ras Al-Aïn, dans le gouvernorat syrien de Hassaké.

Des sources proches des Forces démocratiques syriennes (FDS) ont déclaré que l'hélicoptère avait été abattu par les FDS, alors que la partie turque a déclaré qu'il s'était écrasé pour des raisons techniques.

Par ailleurs, des sources locales citées par l’agence syrienne SANA ont fait savoir que l’hélicoptère turc avait été atteint avant de chuter alors qu’il bombardait certaines positions à proximité de la localité d’Aïn Issa afin de soutenir « les groupes terroristes qui combattent sous la direction du régime turc » à proximité de Tell Abyad en banlieue nord de Raqqa.

Selon une autre version rapportée par le site d’analyse Strategika51, l’hélicoptère de transport militaire des forces armées turques en mission sur le théâtre d'opérations en Syrie aurait été détruit au sol par un F-16 pour qu’il ne tombe pas aux mains des militaires syriens.

Le crash de l’hélicoptère de l’armée turque intervient alors qu’Ankara a annoncé à la suite de la rencontre Erdogan-Pence, un cessez-le-feu de 120 heures dans les régions du nord de la Syrie.

Strategika51 rapporte que l'hélicoptère militaire turc aurait effectué un atterrissage d'urgence après avoir été touché à basse altitude par une roquette antichar, probablement un RPG-7 et par des mitrailleuses. L'unité aurait réussi à atterrir sur le sol et son équipage airait été secouru par un autre hélicoptère accompagné d'un hélicoptère d'attaque au sol TAI / Augusta Westland T-129 Atak. Le Blackhawk a été ensuite détruit par un missile tiré par un chasseur turc F-16, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, l’armée syrienne a élargi son déploiement dans la banlieue de Hassaké et elle est entrée dans trois nouveaux villages situés à proximité de la ville de Tal Tamer. Selon l’agence officielle syrienne SANA, le déploiement de nouvelles forces dans ces régions fait partie du devoir du gouvernement de protéger et de défendre le pays face à « l’agression turque et à ses mercenaires des réseaux terroristes ».

Selon SANA, les unités de l’armée qui poursuivent leur déploiement dans de nouveaux villages de la banlieue de Hassaké, étaient entrées dans les villages de Salmas, Om Kheir et Gheirnata dans la banlieue ouest de Tal Tamer, au milieu d’un accueil chaleureux de la part des habitants qui se sont rassemblés à l’entrée des villages pour accueillir l’armée.

Les unités de l’armée continuent à consolider leurs positions dans les autres villages et villes de la banlieue de Tal Tamer au nord-ouest de la ville de Hassaké, dans le but d’élargir les zones de leur déploiement dans toute la banlieue du gouvernorat et faire face à l’agression turque continue contre le territoire syrien, a noté SANA.

Le 9 octobre, la Turquie a lancé une offensive dans le nord-est de la Syrie contre les Kurdes accusés par Ankara de terrorisme. Elle se dit plus que jamais déterminée à éloigner de la frontière turque ces Kurdes qu’elle considère comme "terroristes" en raison de leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Cette offensive survient après que les États-Unis ont brusquement retiré leurs forces de la région, laissant ainsi la possibilité à la Turquie de poursuivre une action militaire contre leurs alliés de longue date.

 
votre nom
Votre adresse email