Date de publication18 Sep 2019 - 17:38
Code d'article : 437709

Législatives israéliennes : les colons n'ont pas confiance à Netanyahu

Taghrib (APT)
Ce n'est pas la première fois et ce ne sera sans doute pas la dernière : les colons israéliens, à peine sortis d'un été de tous les dangers, ont suivi presque religieusement le conseil du Secrétaire général du Hezbollah, quand le 26 août, à peine quelques heures après l'attaque israélienne contre le sud de Beyrouth, il a affirmé que Netanyahu cherchait à s'arroger la victoire, non pas à son habitude au prix du sang des peuples arabes et musulmans du Moyen Orient, mais au prix du "sang juif". Au fait pour un "Bibi" qui a remué le ciel et la terre à la veille du scrutin, en promettant d'occuper la Cisjordanie puis le Golan, réduire ne cendres le Liban et le Hezbollah, briser en morceaux Gaza, tuer autant qu'il faut des Hachd al-Chaabi, les résultats préliminaires des législatives du 17 septembre est plutôt une catastrophe.
Législatives israéliennes : les colons n
C'est à croire que le colon lambda qui a passé son été, la plupart du temps, dans les abris sous terrain, a ressenti au plus profond de sa chaire qu'avec le Likoud au pouvoir, ce sera la fin : Le double missile qui s'est abattu non loin du lieu où se tenait le meeting électoral de Netanyahu et celui de son rival, ou encore ce drone palestinien qui a frappé un véhicule blindé de l'armée sioniste avant de gagner sain et sauf Gaza, ou le tir de Kornet du Hezbollah par un commando de la Résistance agissant librement en plein territoire occupé, a fini par convaincre le colon sioniste que Netanyahu est prête à le sacrifier pour rester.

Les partis de Netanyahu et de son rival Benny Gantz étaient au coude-à-coude mardi soir à l'issue des législatives israéliennes, selon les premiers sondages à la sortie des urnes diffusés par les médias locaux. Cité par BBC,  les sondages à la sortie des urnes créditent le Likoud (droite) du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu de 31 à 33 sièges sur les 120 de la Knesset (le Parlement israélien), contre 32 à 34 sièges pour le parti Bleu-blanc de Benny Gantz, ancien chef de l’armée qui s’est reconverti dans la politique.


La commission électorale n’a pas encore annoncé les résultats officiels. L'écart est énorme par rapport au législatif du mois d'avril que Netanyahu a remporté haut la main. Le 9 avril, le Likoud de Netanyahu a remporté 35 sièges, certes inférieur au nombre de sièges nécessaires pour former le pouvoir seul (61 sièges) mais son état n'était pas aussi désespéré qu'aujourd'hui. Certains observateurs prévoient que l’ancien ministre des Affaires militaires, Avigdor Lieberman et leader du parti ultranationaliste Israël Beiteinou et bête noire de Netanyahu joue un rôle décisif dans la suite de l'histoire. Au fait, bien qu’ils soient issus du parti de droite, mais de sérieux désaccords divisent Lieberman et le Premier ministre sortant.

« La vraie bataille se joue entre Netanyahu et Lieberman. Si les choses n’évoluent pas en faveur de Netanyahu, Gantz deviendra Premier ministre par défaut », écrivait ainsi le journaliste du quotidien israélien, Haaretz, Anshel Pfeffer qui fait remarquer : « La promesse de Netanyahu d’annexer un plan stratégique de la Cisjordanie occupée, faite mardi 10 septembre pour tenter de séduire son électorat de droite, n’a pas vraiment été du goût de tous. » Mais il y a beaucoup : Israël est désormais officiellement en guerre contre l'axe de la Résistance qui compte les pays les plus puissants de la région (Liban, Syrie, Iran...). La victoire contre cet axe est un pari perdu d'avance, ce que le futur gouvernement sioniste ne devra oublier.
votre nom
Votre adresse email