Date de publication11 Sep 2019 - 12:27
Code d'article : 436923

Le secrétaire général du Hamas condamne la politique américaine

Taghrib (APT)
Le secrétaire général du Hezbollah libanais a condamné les sanctions imposées par les États-Unis.
Le secrétaire général du Hamas condamne la politique américaine
Dans un discours prononcé le mardi 10 septembre à l’occasion de l’Achoura, Seyyed Hassan Nasrallah a déclaré que les sanctions inéquitables imposées par les États-Unis à l’Iran, à la Syrie et à tous les autres mouvements de la Résistance en Palestine, au Liban et en Irak, visaient à compenser les échecs de Washington sur deux plans : « Premièrement, les guerres qu’Israël n’a pas réussi à remporter en Palestine et au Liban et deuxièmement, la défaite des Américains dans les guerres par procuration qu’ils ont déclenchées au Liban, en Syrie et en Irak par les groupes takfiristes interposés. Cela fait des années que la Résistance libanaise se trouve sur la liste américaine des sanctions et des organisations terroristes. Ce n’est pas une nouveauté. La décision de Washington d’imposer des sanctions à la Résistance vise à assurer les intérêts d’Israël. Concernant les banques libanaises qui sont sous le coup des sanctions américaines, je dois souligner que le Hezbollah n’y possède aucun compte. Nous, au Hezbollah, nous devrons passer en revue nos options et les examiner attentivement. Jusqu’ici, c’était le Hezbollah qui était sous le coup de sanctions et nous tolérions les pressions mais maintenant c’est le peuple libanais qui souffre de cette tyrannie. Nous devrons donc la contrer. »

Seyyed Hassan Nasrallah s’est ensuite attardé sur les récentes agressions du régime israélien contre le Liban, déclarant que les Libanais avaient neutralisé les toutes dernières tentatives d’Israël destinées à déséquilibrer les rapports de forces, qui sont au profit du Hezbollah depuis 2006. « Israël violait déjà des milliers de fois l’espace aérien du Liban tous les ans mais cette fois-ci, il a transgressé des lignes rouges. L’attaque israélienne contre Dahieh [Zahia] et l’envoi de drones explosifs constituaient une agression majeure. Face à cette agression, le peuple libanais a opté pour une attitude de fermeté et la Résistance y a également réagi. Deux ripostes ont eu lieu ; l’une à la frontière de la Palestine occupée et l’autre via la capture d’un drone israélien. Malgré toutes les menaces, nous avons renforcé notre puissance de dissuasion grâce à laquelle nous protégeons le Liban », a réaffirmé le leader du Hezbollah.

« Nous avons récemment appris que l’armée israélienne plaçait des poupées dans ses véhicules militaires garés à la frontière pour duper le Hezbollah », a déclaré Nasrallah, qui s’est adressé ensuite aux responsables israéliens : « Même si vous pouvez nous duper à ce propos, le point important est que l’armée que vous qualifiiez jusqu’ici d’“invincible” est devenue à présent si faible et fragile qu’elle recourt à des artifices hollywoodiens. »

Nasrallah a ajouté que l’ennemi, qui s’était ménagé des marges de sécurité pendant les années 70 et 80, évacuait aujourd’hui ses forces des régions frontalières de crainte de la riposte de la Résistance. « Ce qui met en évidence, d’ailleurs, la puissance de la Résistance est le fait que l’ennemi israélien a évacué, pour la première fois, toutes ses bases dans une profondeur de sept kilomètres, et cela par crainte de la Résistance. »

En réaction aux commentaires de responsables libanais qui avaient déclaré que le pays respectait toujours la résolution 1701 du Conseil de sécurité, Nasrallah a déclaré : « Lorsque nous parlons de renoncer à nos lignes rouges [dans la lutte contre Israël], nous ne voulons pas dire que nous ne respectons pas la résolution 1701. Vous savez par ailleurs qu’Israël n’a jamais respecté cette résolution. Le Liban la respecte et le Hezbollah aussi, car il fait partie du gouvernement libanais. Mais le fait de respecter la résolution 1701 n’a rien à voir avec l’agression israélienne contre le Liban ou la violation de l’espace aérien du pays par des drones ou d’autres appareils israéliens. Là, la Résistance et le Liban auront le droit de protéger leur dignité et leur souveraineté. Malgré les tapages intérieurs et les menaces extérieures, les combattants de la Résistance ont renforcé leurs capacités de dissuasion et la Résistance réagira d’une manière convenable et appropriée à toute nouvelle agression. Il ne reste plus aucune ligne rouge pour la Résistance ».

Le secrétaire général du Hezbollah libanais a souligné que le Liban se faisait respecter par les autres. « Les Américains ont établi des contacts, idem pour les Allemands, les Britanniques, les Français, les Égyptiens et beaucoup d’autres. Ils voulaient parler de la riposte de la Résistance. Lorsque le représentant des États-Unis et ami proche des Israéliens se rend au Liban pour discuter des questions frontalières, gazières et pétrolières avec les autorités libanaises, celles-ci doivent apprendre qu’elles sont respectées. Il revient aux responsables libanais de protéger les sources pétrolières, gazières, maritimes et terrestres du pays. Ça, c’est une importante responsabilité. »

« Toute guerre déclenchée contre l’Iran signifiera une guerre contre l’axe de la Résistance dans son entièreté et beaucoup de pays seront détruits. Moi, en tant qu’une partie de l’axe de la Résistance, j’annonce, une fois de plus, ma position, explicitement et clairement : nous ne sommes pas impartiaux. Ils pensent qu’une nouvelle guerre sera la fin de l’axe de la Résistance alors que cette guerre sonnera plutôt le glas d’Israël et de la domination américaine dans la région », a déclaré Nasrallah.

Et d’ajouter : « L’axe de la Résistance garantit notre victoire, notre dignité et notre souveraineté et il reste le seul espoir des nations déshéritées. Compter sur les États-Unis ou l’Occident, qui apportent leur soutien indéfectible à Israël, est une stratégie vouée à l’échec. On ne compte pas sur eux et leurs mensonges. On ne compte que sur le peuple et les mouvements de la Résistance. »

 
votre nom
Votre adresse email