Date de publication11 Aug 2019 - 13:45
Code d'article : 433763

De nouveaux détails sur les entretiens entre le leader iranien et les responsables du Hamas

Taghrib (APT)
Près d’un mois après la visite de la délégation du Hamas à Téhéran, le journal libanais Al-Akhbar revient sur cette question et fait de nouvelles révélations sur la teneur des entretiens entre cette délégation et la plus haute instance décisionnelle iranienne. L’Iran serait prêt à livrer des missiles à Gaza, affirme le journal, information qui ne devrait pas être prise à la légère par Tel-Aviv. Ce dernier vient de rejoindre la coalition anti-iranienne des USA dans le golfe persique.
De nouveaux détails sur les entretiens entre le leader iranien et les responsables du Hamas
La rencontre de la délégation du Hamas avec le Leader de la Révolution islamique d’Iran a eu d’énormes répercussions dans les médias. La dernière réunion de l’axe de la Résistance avec le Leader de la Révolution islamique a envoyé un signal fort aux Saoudiens. Riyad a appelé le Hamas à interrompre ses relations avec Téhéran, ce à quoi le Hamas a opposé une fin de non-recevoir.

Pour la première fois depuis 2012, une délégation du Mouvement de la résistance islamique (Hamas) a rencontré fin juillet le premier personnage de la République islamique d’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei.

Avant la réunion à huis clos, la délégation avait remis à l’Ayatollah Khamenei un message du chef du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, comprenant quatre axes : premièrement, les dangers de l’accord du « Deal du siècle » pour la région et la stratégie du mouvement pour y faire face ; deuxièmement, la perception du mouvement sur la manière dont les pays de la région s’opposent à cet accord ; troisièmement, la position du Hamas concernant l’escalade régionale et le mécanisme pour la contrer ; et quatrièmement, des remerciements adressés à l’Iran pour son soutien à la Résistance.

Lorsque l’Ayatollah Khamenei a accepté de recevoir la missive du chef du Hamas, les membres de la délégation du mouvement palestinien ont considéré cette attitude du Leader de la Révolution islamique comme le signe qu’il soutenait le mouvement palestinien et qu’il entretenait une relation privilégiée avec lui ; cela alors que le leader avait auparavant refusé de recevoir le message du président américain Donald Trump, transmis par le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

Après avoir lu la lettre de Haniyeh, M. Khamenei l’a commentée en soulignant la « nécessité de combattre l’accord “Deal du siècle » jusqu’à son échec définitif. « La victoire nous appartiendra », a déclaré l’Ayatollah Khamenei à la délégation palestinienne.

"Nous allons prier à Al-Aqsa"

Le chef adjoint du Bureau politique du Hamas : la Résistance islamique de la Palestine est prête à apporter son soutien à l’Iran en cas de guerre.

Après que les photographes eurent pris leurs photos et que les correspondants des médias eurent quitté la salle, le général Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du CGRI, s’est joint à la réunion. La délégation du Hamas a parlé de l’évolution de son bras militaire, des obstacles auxquels le mouvement fait face et des armes dont il a besoin. Les participants ont souligné l’importance de l’union au sein de l’axe de la Résistance, en affirmant qu’en cas de guerre contre l’une de ses composantes, les autres se joindront à elle pour la soutenir.

L’un des dirigeants du Hamas a déclaré à Al-Akhbar à ce propos :

    « En ce qui concerne le front de Gaza, si l’ennemi israélien lance une agression contre la bande de Gaza, nous estimerons qu’il s’agira d’une bataille confinée et non d’une guerre pour nous annihiler et, par conséquent, nous l’affronterons seuls. Mais si l’ennemi tente de briser la Résistance, le reste de l’axe de la Résistance entrera dans la bataille. »

Dans ce sens, le quotidien libanais souligne que lors de l’agression israélienne contre la bande de Gaza en 2014, les communications quotidiennes entre les parties de l’Axe de la Résistance et les factions de la bande de Gaza n’ont pas été interrompues pour surveiller la situation sur le terrain. Les groupes palestiniens ont alors annoncé qu’ils n’avaient pas besoin d’aide et qu’ils pouvaient faire face seuls à Israël.

Lors de la dernière réunion des dirigeants du Hamas avec le Leader de la Révolution islamique, le principe de « l’union des fronts » et de « l’unité du destin » ont été officiellement approuvés et est devenu une partie intégrante de la politique de « l’axe de la Résistance », selon Al-Akhbar.


    « Une évolution importante est survenue lors de la guerre de 2014, lorsque les chefs des brigades al-Qassam se sont rendus à Téhéran pour demander des missiles de précision et que la République islamique s’est engagée à exporter sa technologie au cœur de Gaza, ce qui s’est ensuite produit. »

Au terme de sa rencontre avec la délégation du Hamas, l’Ayatollah Khamenei a réaffirmé le soutien de l’Iran à la Palestine, précisant : « Quels que soient les circonstances et les défis, la République islamique sera du côté du peuple palestinien et résistera jusqu’à la libération de la Palestine. »

 
votre nom
Votre adresse email