Date de publication3 Aug 2019 - 12:50
Code d'article : 432575

Des armes américaines toujours envoyées en Syrie

Taghrib (APT)
La coalition américaine prétendument anti-Daech a acheminé depuis le nord de l’Irak une centaine de camions transportant des armes et des munitions américaines vers les Kurdes qu’elle soutient en Syrie.
Des armes américaines toujours envoyées en Syrie
Les États-Unis ne cessent de s’ingérer dans les affaires du nord-est de la Syrie en soutenant les milices kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS).

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) proche de l’opposition syrienne, a affirmé avoir vu des dizaines de camions de la coalition prétendument anti-Daech, dirigée par les États-Unis, entrer depuis le nord de l’Irak (Kurdistan irakien) en Syrie.

« C’est la 21e fois depuis la prise de contrôle de l’est de l’Euphrate par cette coalition et les Kurdes que de tels camions entrent en Syrie », a ajouté l’OSDH.  

« Cette fois-ci, plus d’une centaine de camions sont arrivés dans l’est de l’Euphrate », selon ce rapport.

« Ces camions transportent des équipements militaires et logistiques », a précisé l’OSDH.

Cette source avait fait part il y a une quinzaine de jours de l’arrivée de 280 camions transportant des armes et des équipements logistiques depuis le Kurdistan irakien jusqu’à l’est de l’Euphrate

Poursuivant ses ingérences dans les affaires syriennes, une délégation de personnalités militaires et civiles faisant partie de la coalition prétendument anti-Daech s’est rendue le 22 juin dans le village d’al-Sour dans le nord de Deir ez-Zor.

Après avoir rencontré plusieurs membres du Conseil civil de Deir ez-Zor et ceux de l’Assemblée populaire liée aux Kurdes, cette délégation a prétendu avoir examiné les moyens de rendre service aux habitants de Deir ez-Zor.

Le ministre délégué saoudien Thamer al-Sabhan et le secrétaire d’État adjoint américain Joël Robin ont rencontré des tribus en juin dernier sur la base américaine du champ pétrolifère d’al-Amar, dans l’est de la province de Deir ez-Zor.

Les experts voient dans ce sommet une tentative des États-Unis de renforcer leurs politiques à l’est de l’Euphrate, dans le nord-est et l’est de la Syrie.

 
votre nom
Votre adresse email