Date de publication30 Jul 2019 - 11:57
Code d'article : 432066

Deir ez-Zor : les USA s'en prennent aux civils

Taghrib (APT)
À peine quelques heures après l’échec de sa récente mission de soudoyer les tribus de Deir ez-Zor, la coalition américaine bombarde. Les avions de chasse de la coalition américaine ont bombardé un village dans la banlieue sud de Deir ez-Zor dans l’Est syrien.
Deir ez-Zor : les USA s
Selon l’agence de presse Mehr News qui se réfère au journal Al-Ahed, plusieurs civils syriens ont été tués ou blessés dans le bombardement d’un village dans la banlieue sud de Deir ez-Zor par les avions de chasse de la soi-disant coalition de lutte anti-Daech dirigée par les États-Unis.

De plus amples informations sur le bilan exact des victimes de ce nouveau crime barbare de la coalition américaine en Syrie se font toujours attendre.

Le bombardement a eu lieu juste après la fin de la mission d’une délégation américaine conduite par le conseiller des forces de la coalition, William Roebuck dans le village d’al-Sour, situé à 50 km au nord-est de Deir ez-Zor, village qui est sous contrôle des Forces démocratiques syriennes (FDS, supplétif des États-Unis et composées majoritairement de Kurdes).

Et ce n’est pas la première visite de M. Roebuck dans cette région. Plus tôt en juin, le conseiller américain, accompagné de Thamer al-Sabhan, ministre d’État saoudien chargé des affaires du golfe Persique et Joel Robin sous-secrétaire d’État américain étaient sur la base américaine située près du champ pétrolier d’al-Omar, à l’est de Deir ez-Zor. Mais comme beaucoup d’autres régions syriennes, la population locale dans la province de Deir ez-Zor a, plus d’une fois, exprimé à travers les manifestations son refus pour la présence des forces américaines et de leurs supplétifs.

Des sources dignes de confiance ont laissé entendre récemment que les FDS ont chargé un homme d’affaires israélien de vendre le pétrole de l’est de la Syrie. Or, les tribus habitant l’Est syrien ne veulent plus de forces occupantes sur leurs terrains. C’est donc à travers les bombardements, les effusions de sang et les dégâts matériels que la coalition américaine, sous couvert des soi-disant opérations anti-terroristes, se venge des tribus et des habitants locaux de la province de Deir ez-Zor, à cause de leur refus pour la présence militaire des Américains et de leurs supplétifs. Ceci étant dit, les chances des Américains de pouvoir créer un semi-État séparatiste, avec l’argent des Saoud, dans l’Est syrien sont minces.
votre nom
Votre adresse email