Date de publication16 Jul 2019 - 17:40
Code d'article : 429941

Les négociations sur le redéploiement des troupes à Hudaydah

Taghrib (APT)
En présence de l’émissaire de l’ONU, les représentants d’Ansarallah et ceux du gouvernement démissionnaire yéménite discuteront pendant deux jours le redéploiement des troupes à Hudaydah.
Les négociations sur le redéploiement des troupes à Hudaydah
C'est à bord d'un navire au large des eaux internationales que cette rencontre a eu lieu. C'est pour la première fois en cinq mois qu'ils se rencontrent. La réunion qui a débuté hier 14 juillet a été présidée par l’émissaire de l’ONU, Micheal Lollesgaard, et à laquelle ont participé les représentants du mouvement d’Ansarallah et du gouvernement démissionnaire yéménite.

La rencontre de dimanche était la seconde réunion en face à face entre les représentants des parties à Hudaydah en l'espace de deux mois. Les parties discuteront de la deuxième étape d'un accord conclu en décembre dernier à Stockholm, considéré comme la première phase vers l'adoption d'une solution politique pour mettre fin au conflit a fait savoir Ali Qeshr, vice-gouverneur de la province.

Lors d’une réunion bilatérale avec l’émissaire de l’ONU avant d’embarquer dans le bateau, les représentants du gouvernement démissionnaire yéménite ont accusé Ansarallah pour ses démarches unilatérales, réclamant un réexamen accéléré des actions de ce mouvement, a indiqué le porte-parole des opérations visant à libérer la côte ouest yéménite.

À la tête de l’équipe représentant, le gouvernement démissionnaire yéménite, Saghir ben Aziz, a déclaré à Lollesgaard que c’était la dernière occasion pour la mise en œuvre de l’accord conclu à Stockholm.

Contestant le processus d’évacuation des troupes d'Ansarallah des ports de Hudaydah, d’al-Salif, d’ars Issa, ainsi que leur non-participation au redéploiement des troupes à Hudaydah et aux opérations de déminage auquel s’ajoutent les désaccords sur la nature des forces censées assurer la sécurité des ports précités, les représentants du gouvernement démissionnaire d’Abd Rabbo Mansour Hadi avaient refusé de participer au sommet.
votre nom
Votre adresse email