Date de publication7 Jul 2019 - 12:13
Code d'article : 428396

Guerre saoudienne au Yémen : chronologie d'une guerre qui est devenu un «enfer sur terre» pour les enfants

Taghrib (APT)
En proie à une guerre depuis 2014, le Yémen est aujourd'hui un pays dévasté par les bombardements qui ont provoqué des dizaines de milliers de morts civils, la famine et les épidémies. Pour les enfants, c'est un «enfer sur terre», affirme l'UNICEF.
Guerre saoudienne au Yémen : chronologie d
Morts par dizaines de milliers, famine, épidémies, le Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique, est en proie à un conflit meurtrier depuis l'entrée en 2014 dans la capitale Sanaa des révolutionnaires houthis. Depuis 2015, les forces pro-Hadi, aidées par une coalition militaire sous commandement saoudien, tentent de chasser les révolutionnaires des régions conquises dans le nord, l'ouest et le centre du pays. Cette guerre a fait des dizaines de milliers de morts et provoqué la pire crise humanitaire selon l'ONU. Les bombardements de la coalition sous commandement saoudien ont provoqué la morts de très nombreux civils dont beaucoup d'enfants.


Le 8 juillet 2014, les Houthis prennent le contrôle d'Amrane, près de Sanaa, après d'âpres combats contre les forces pro-Hadi. S'estimant marginalisés par le pouvoir central, les Houthis, issus d'une branche du chiisme, ont lancé une offensive depuis leur fief de Saada. Le 21 septembre, les révolutionnaires, alliés à des unités fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, entrent dans Sanaa. Ils prennent le siège du gouvernement et la radio d'Etat. Le 14 octobre, ils s'emparent du port de Hodeida (ouest) sur la mer Rouge, puis progressent vers le centre du pays. Le 20 janvier 2015, les Houthis s'emparent du palais présidentiel à Sanaa et encerclent la résidence du chef de l'Etat Abd Rabbo Mansour Hadi qui fuit vers l'Arabie saoudite.

Le conflit a tué des dizaines de milliers de personnes, surtout des civils, selon diverses organisations humanitaires.

Selon l'ONU, qui évoque la pire crise humanitaire au monde, environ 3,3 millions de personnes sont déplacées. «80% de la population, soit 24 millions de personnes, ont besoin d'une forme d'aide humanitaire ou de protection, dont 14,3 millions de manière urgente», assure le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU.

De nombreux hôpitaux ont été endommagés ou détruits.

Le pays a été affecté par le choléra, avec plus de 2 500 morts entre avril et décembre 2017.

En novembre 2018, l'Unicef a qualifié le Yémen d'«enfer sur terre» pour les enfants, avec 1,8 million d'enfants âgés de moins de cinq ans en situation de «malnutrition aigüe».
votre nom
Votre adresse email