Date de publication6 Jul 2019 - 12:51
Code d'article : 428220

La Turquie ne cède pas aux pressions américaines

Taghrib (APT)
Les premiers systèmes de défense antimissiles russes S-400 achetés par Ankara quitteront la Russie dimanche et arriveront en Turquie la semaine prochaine, annonce le groupe de presse turc Haberturk.
La Turquie ne cède pas aux pressions américaines
Les premiers S-400 seront acheminés par deux avions-cargos qui décolleront d’une base militaire russe, précise le journal turc. L’équipe technique russe qui supervisera leur installation devrait arriver lundi en Turquie.

Un haut responsable de l’industrie défensive turque a déclaré jeudi que la livraison des systèmes russes de défense aérienne S-400 à la Turquie débutera la semaine prochaine.

« Je ne dirai pas la date exacte maintenant, mais vous verrez dans la deuxième semaine de juillet », a rapporté la chaîne privée NTV en citant Ismail Demir, président de Turkish Defense Industries.

En ce qui concerne le déploiement du système de défense aérienne S-400, il a déclaré qu’il n’était pas prévu de changer l’équation en Méditerranée orientale avec ce système.

« Toutefois, nous pouvons utiliser n’importe quelle arme en notre possession, n’importe où en Turquie, chaque fois que nécessaire », a ajouté M. Demir.

« Les sanctions potentielles des États-Unis ne mèneront qu’à une industrie de défense plus puissante et plus robuste à l’avenir », a-t-il noté.
PressTV-S-400: la Turquie fait chanter la Russie
PressTV-S-400 : la Turquie fait chanter la Russie
La Turquie a été obligée de suspendre l’achat du S-400 russe à cause des pressions US.

Washington a menacé à plusieurs reprises de suspendre la vente de chasseurs F-35 à Ankara si ce dernier refusait d'annuler la livraison des S-400.

Toutefois, le président turc Recep Tayyip Erdogan a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’un « accord conclu », affirmant qu’Ankara ne reculerait pas, « quelles que soient les conséquences ».

La Turquie et les États-Unis s’opposent sur l’achat par Ankara des S-400. Selon Washington, ces systèmes ne sont pas compatibles avec le schéma de défense de l’OTAN, dont la Turquie est membre, et notamment avec les chasseurs multitâches américains F-35 conçus par Lockheed Martin. La Turquie participe à la construction des F-35 et prévoit aussi d’en acheter.

Washington a officiellement lancé le processus d’exclusion de la Turquie du programme F-35 et prévoit de déclencher des sanctions lorsque les batteries de missiles arriveront en Turquie.
votre nom
Votre adresse email