Date de publication6 Jul 2019 - 10:58
Code d'article : 428199

Libye : les Etats-Unis bloquent une condamnation du Conseil de sécurité

Taghrib (APT)
Washington a empêché le Conseil de sécurité de l'ONU de condamner unanimement la frappe qui a touché un centre de rétention pour migrants dans la banlieue de Tripoli, tuant 44 personnes. Les deux camps opposés se rejettent la responsabilité.
Libye : les Etats-Unis bloquent une condamnation du Conseil de sécurité
Après le décès d'au moins 44 migrants dans un bombardement aérien contre leur centre de détention en Libye, et alors que l'ONU – par la voix de Ghassan Salamé, son émissaire dans le pays – a condamné la frappe, les Etats-Unis ont opposé le 4 juillet leur veto quant à l'adoption par le Conseil de sécurité, réuni en urgence, d'une condamnation unanime sur cette attaque meurtrière.

La frappe menée dans la nuit du 2 au 3 juillet à Tajoura a été attribuée par le gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli aux forces rivales de Khalifa Haftar engagées dans une offensive pour s'emparer de la capitale d'un pays plongé dans le chaos depuis 2011.

Le centre de détention abritait environ 600 migrants, en majorité érythréens et soudanais, et deux de ses cinq hangars ont été touchés, selon le responsable du centre Noureddine al-Grifi. Quelque 120 migrants se trouvaient dans le hangar n°3 qui a été touché de plein fouet. Sur les lieux, couvertures maculées de sang, débris et morceaux tordus de la structure métallique du bâtiment entourent un cratère de trois mètres de diamètre, selon les constatations d'un journaliste de l'AFP. L'émissaire de l'ONU, Ghassan Salamé, a condamné un «carnage ignoble et sanglant» dans un communiqué de la Mission de l'ONU en Libye (Manul).
 
votre nom
Votre adresse email