Date de publication6 Jul 2019 - 10:39
Code d'article : 428194

Israël : le racisme resurgit depuis l'intérieur de la société

Taghrib (APT)
Des membres israéliens de la communauté éthiopienne bloquent une route dans la ville côtière de Netanya, en Israël, le 2 juillet 2019, pour protester contre le meurtre de Solomon Teka.
Israël : le racisme resurgit depuis l
A la suite de la disparition de Solomon Tekah, probablement tué par un policier, la communauté éthiopienne d'Israël a manifesté sa colère. Différentes villes ont connu des affrontements au cours desquels manifestants et policiers ont été blessés.

De véritables scènes d’émeutes urbaines se sont déroulées dans la soirée du 2 juillet à Tel-Aviv, en Israël, après la mort d’un Israélien d’origine éthiopienne abattu par un policier dans des circonstances qui restent troubles. Le 30 juin au soir, Solomon Tekah, âgé de 18 ou 19 ans, a été tué par un gardien de la paix qui n’était pas en service, entraînant une mobilisation parmi les Israéliens d’origine éthiopienne, qui seraient plus de 135 000 en Israël selon un recensement de 2014 réalisé par le Bureau Central des Statistiques du régime hébreu.

Les manifestations avaient débuté dès le 1er juillet dans la ville de Kiryat Haïm, près de Haïfa, dans le nord du pays, où le jeune homme a été exécuté et se sont donc poursuivies le lendemain, jour de son enterrement. Le cousin de la victime, Amir Tekah, a qualifié cette mort de «meurtre» sur les ondes israéliennes, ravivant dans la communauté éthiopienne les accusations de racisme policier à son encontre.

Guérilla urbaine

Les manifestants ont bloqué des routes et des carrefours à Tel-Aviv, brûlant des pneus et attaquant des voitures comme on peut le constater sur les images d’Anna Ahronheim, journaliste pour le Jerusalem Post, datées du 2 juillet.

Celle-ci avance un bilan de 83 blessés dans les émeutes qui ont émaillé le pays. Parmi eux, 47 policiers, 26 manifestants, neuf passants et un pompier, toujours selon la journaliste. Elle ajoute que «de nouvelles émeutes sont attendues dans la soirée [du 3 juillet]».

De son côté, la police israélienne a annoncé «136 suspects arrêtés pour des attaques policières, des actes de vandalisme et des violations flagrantes de l’ordre public», précisant que «111 policiers ont été blessés par des attaques» à l’aide de «pierres», d’«objets» et de «cocktails Molotov».

De nombreuses photographies, postées sur les réseaux sociaux, montraient des voitures incendiées et des barrages installés sur différents axes du pays.

«Nous devons faire tout notre possible pour nous assurer que la police cesse de tuer des gens à cause de leur couleur de peau […] Nous avons besoin d’obtenir des garanties de la part de l’Etat ou de la police que cela ne se reproduira plus», résume Mengisto, manifestant âgé de 26 ans, à l’AFP.

Dans un premier temps, la police avait reconnu que le gardien de la paix, qui n’était pas en service au moment des faits, avait tenté de s’interposer dans une altercation entre jeunes. Après s’être identifié comme policier, il avait alors été victime de jets de pierres et, se sentant menacé, avait ouvert le feu, toujours selon la police. Mais d’après des jeunes présents sur place, le policier n’avait pas été agressé, rapportent plusieurs médias israéliens.

Le policier a été assigné à résidence alors qu’une enquête a été confiée à l’instance de contrôle des policiers selon le porte-parole de la police israélienne Micky Rosenfeld. Le 2 juillet, des responsables ont affirmé que le premier rapport d’autopsie ne fournissait pas de détails probants permettant d’aboutir à des conclusions.

Une communauté sous pression

Le décès de Solomon Tekah a provoqué une vive colère dans la communauté des israéliens d’origine éthiopienne, aussi appelés Falashas, qui expliquent vivre dans une crainte permanente des traitements policiers en raison de leur couleur de peau. Lors des obsèques du jeune homme, Assaf Gabbana, un proche de la famille, a déclaré : «Nous ne sommes pas venus en Israël pour que nos enfants soient tués. Nous n'avons pas payé le prix fort pour immigrer dans ce pays tant aimé pour que nos enfants soient assassinés devant leurs frères.»

  En janvier dernier, plusieurs milliers de juifs éthiopiens étaient descendus dans les rues à Tel-Aviv après qu’un jeune a été tué par un policier sur lequel il se serait rué avec un couteau. La communauté éthiopienne d’origine judaïque n’avait été reconnue que tardivement comme juifs par les autorités religieuses d’Israël. En conséquence, des dizaines de milliers d'Ethiopiens ont été accueillis par le régime hébreux entre 1980 et la fin des années 1990.
votre nom
Votre adresse email