Date de publication19 Jun 2019 - 13:41
Code d'article : 425764

L'Iran et l'Egypte vérifie les évolutions du Moyen-Orient

Taghrib (APT)
L’Iran et l’Égypte sont en contact au sujet des évolutions au Moyen-Orient, notamment après l’incident des pétroliers en mer d’Oman.
L
De hauts responsables égyptiens ont confié au site d’information Al-Araby Al-Jadeed que Le Caire venait d’établir un canal de communication pour contacter Téhéran, notamment après les récents événements dans la région.

« La semaine dernière, un groupe de responsables iraniens se sont rendus au Caire, où ils ont rencontré des responsables du Service de renseignement général égyptien. Les diplomates iraniens et égyptiens se sont penchés sur la situation dans le golfe Persique, les récentes attaques visant des pétroliers en mer d’Oman, l’explosion de pétroliers saoudiens au Fujaïrah, la situation à Gaza et au Yémen et les attaques d’Ansarallah visant les aéroports d’Abha et de Najran », a-t-on appris d’Al-Araby Al-Jadeed.

« Les hommes d’État égyptiens pensent qu’il est peu probable que l’Iran soit impliqué dans la récente attaque en mer d’Oman, mais ils accusent les Iraniens d’avoir été derrière les frappes d’Ansarallah contre les aéroports saoudiens », indique Al-Araby Al-Jadeed.

Les mêmes sources égyptiennes ont ajouté que le dossier de Gaza dominait les discussions entre Le Caire et Téhéran puisque l’Égypte était en charge de la médiation entre les groupes palestiniens et le régime israélien pour un cessez-le-feu à Gaza.

Elles réaffirment que les contacts entre l’Égypte et l’Iran sont au niveau sécuritaire et non pas diplomatique. « C’est pourquoi ces contacts ne signifient pas la reprise des relations politiques entre Le Caire et Téhéran », précisent-elles.

Riyad a échoué dans ses tentatives de réunir les dirigeants arabes pour faire front commun contre Téhéran.

Dans la foulée, un écrivain saoudien a critiqué l’Égypte pour n’avoir pas suivi l’exemple de Riyad concernant les incidents en mer d’Oman.

Les allégations du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane qui avait accusé les Iraniens d’avoir été derrière les attaques visant les pétroliers en mer d’Oman n’ont pas été saluées même par les alliés régionaux de Riyad. Les Émirats arabes unis y font exception.

Khaled al-Dakhil, écrivain saoudien, a fustigé la position impartiale de l’Égypte vis-à-vis de l’attaque en mer d’Oman et accusé Le Caire de ne pas être assez clair à ce propos.

Dans un tweet, qui a suscité beaucoup de réactions, Khaled al-Dakhil a écrit : « L’Égypte refuse de prononcer le nom de l’Iran et se contente de propos comme : “La sécurité du golfe Persique est celle de l’Égypte”. Que cherche l’Égypte en tentant de tels propos ? Accepte-t-elle que l’Iran ou ses miliciens s’ingèrent dans les pays arabes ? »

 
votre nom
Votre adresse email