Date de publication11 Jun 2019 - 18:10
Code d'article : 424332

Arabie: une nouvelle frappe au drone simultanée

Taghrib (APT)
À peine 48 heures après la frappe au drone simultanée contre l’aéroport de Jizan, frappe impliquant plusieurs appareils et visant le nid de drones et de chasseurs saoudiens, une nouvelle attaque de drones en essaim vient d’avoir lieu, cette fois contre la province saoudienne d’Asir. Il s’agit d’une province particulièrement stratégique puisqu’elle donne accès à Taïf et des localités situées au cœur du territoire saoudien. Cette province et son point de passage stratégique arabe sont tombés presque à 50 % entre les mains des combattants d’Ansarallah.
Arabie: une nouvelle frappe au drone simultanée
Lundi, la Résistance yéménite a mis en garde Riyad contre une action militaire élargie qui s’étendra à tous les aéroports en Arabie saoudite, si le régime saoudien ne mettait pas un terme au blocus de l’aéroport de Sanaa. Quelques heures après, les forces yéménites sont passées à l’offensive et s’en sont prises à la base aérienne du roi Khaled, à Jizan, à Asir, à coup de drones qui ne pèsent que 100 kg et qui sont dotés de missiles.

L’unité de drones yéménite a mené, ce dimanche matin, un nouveau raid contre l’aéroport de Jizan, au sud de l’Arabie saoudite.

Ansarallah a déclaré lundi qu’il avait envoyé ses drones à l’assaut de la base aérienne du roi Khalid près de Khamis Mushait dans le sud-ouest de l’Arabie saoudite, a rapporté la chaîne de télévision Al-Masirah. L’armée de l’air et les Comités populaires yéménites ont mené, ce lundi 10 juin, plusieurs opérations offensives avec des drones de combat Qasef-2K sur cette base stratégique d’où décollent les chasseurs bombardiers frappant les villes yéménites.

Une source de l’armée de l’air a confirmé que les attaques aériennes sur la base aérienne du roi Khaled à Khamis Mashait, la cinquième ville la plus peuplée et la plus commerciale du sud de l’Arabie saoudite.

Auparavant, le porte-parole d’Ansarallah du Yémen avait averti qu’au cas où les agresseurs saoudo-émiratis ne mettraient pas fin au blocus de l’aéroport international de Sanaa, leurs propres aéroports seraient attaqués par les forces yéménites. Cette mise en garde a renforcé l’hypothèse sur l’existence d’une DCA yéménite dont les éléments seront dévoilés prochainement. En effet, depuis un mois, Ansarallah est capable d’intercepter les drones ennemis tout en menant des attaques au drone lesquelles ne pourront être contrées par les missiles Patriot.

Depuis le début de la guerre du Yémen, les avions de combat saoudiens frappent régulièrement l’aéroport international de Sanaa, ce qui a interrompu des vols humanitaires à destination de la capitale yéménite. L’ampleur de la défaite militaire de la coalition d’agression a largement fragilisé le gouvernement-pantin d’Aden. Lundi, le ministre des A.E. de Mansour Hadi, Khaled al-Yamani, a quitté le navire. Il a démissionné de son poste. Pour de nombreux observateurs, cette « démission trahit une profonde crise interne ». « Bien que Riyad ait systématiquement violé l’accord de Stockholm, les échecs militaires se succèdent et l’Arabie saoudite a bien peur d’avoir à faire face à des attaques dans des villes saoudiennes, note un analyste.

L’unité de drones yéménite a mené, ce dimanche matin, un nouveau raid contre l’aéroport de Jizan, au sud de l’Arabie saoudite.

Hier, l’armée de l’air et les Comités populaires yéménites ont mené plusieurs opérations offensives à l’aide de drones de combat Qasef-2K à l’aéroport international de Jizan, dans le sud de l’Arabie saoudite.

Le 26 mai, l’armée de l’air et les comités populaires yéménites ont frappé, à l’aide d’un drone de combat Qasef-2K, des hangars contenant des avions de combat saoudiens dans le même aéroport.

Il a également ciblé trois opérations d’attaque à l’aéroport régional de Najran, notamment des dépôts d’armes, des hangars d’aéronefs militaires et le système de missiles américain Patriot. Les attaques frappent les cibles avec précision.

 
votre nom
Votre adresse email