Date de publication20 Apr 2019 - 15:01
Code d'article : 415938

Le régime israélien ne veut pas reconnaître son impuissance

Taghrib (APT)
Les spéculations alarmistes sur le danger imminent d’un « nouveau Hezbollah » extrêmement bien armé se multiplient parmi les haut gradés de l’armée israélienne. De leurs aveux sur la montée en puissance du Hezbollah dans la région, il ressort qu’ils ont pris au sérieux la capacité militaire de la Résistance libanaise, au point qu’ils cherchent à neutraliser coûte que coûte les militaires du Hezbollah, faute de quoi l’arsenal de missiles du mouvement libanais pourrait changer le sort de la future guerre au détriment d’Israël.
Le régime israélien ne veut pas reconnaître son impuissance
Bien que certaines autorités militaires israéliennes se vantent de leur pièce de maîtresse, le Dôme de fer, nombreux sont ceux en Israël qui ne cachent pas leur inquiétude quant aux capacités réelles de l’armée de l’air israélienne et de son système multicouche de missiles intercepteurs, prétendument capable de contrer la menace des missiles du Hezbollah.

Un haut commandant de l’armée israélienne vient de reconnaître qu’en cas de nouvelle guerre entre Israël et le Hezbollah, ce dernier serait en mesure de tirer quotidiennement mille missiles sur les territoires occupés par l’ennemi israélien.

Le jeudi 18 avril, le major-général Yoel Strick, nouveau commandant des forces terrestres de l’armée israélienne, a fait des commentaires sur une éventuelle nouvelle guerre entre Israël et le Hezbollah.

Selon Michel Aoun, le Liban se réserve le droit de se défendre contre toute agression israélienne.

« Dans la prochaine guerre qui pourrait avoir lieu avec le Hezbollah libanais, si cela est nécessaire, nous évacuerons toutes les régions civiles à la frontière avec le Liban. Cela nous permettra de sauver la vie des citoyens israéliens, donnant par ailleurs une plus grande marge de manœuvre à l’armée pour concentrer ses activités militaires sur cette zone. »

Le haut commandant israélien a en outre prétendu que le Hezbollah planifiait activement une opération surprise dans le nord d’Israël, et « plus précisément dans la région de la mer de Galilée ».

Ses commentaires interviennent moins de quatre mois après la fin de l’opération « Bouclier du nord » de l’armée israélienne, qui s’est révélée infructueuse. Ce commandant des forces terrestres dit être favorable à une guerre contre le Hezbollah et même contre le gouvernement libanais, en menaçant de détruire au préalable les missiles syriens pouvant repousser les raids israéliens.

« Le Hezbollah a déployé ses forces militaires dans les 200 villages du sud du Liban. Elles ont été renforcées, équipées de roquettes, de missiles antiaériens et de centres de commandement dans le but de faire face à l’armée israélienne, en cas de guerre dans cette région », a prétendu le haut gradé israélien, lors d’une interview accordée au site d’informations Ynet.

Il a souligné que le mouvement de résistance libanais était en train de renforcer son arsenal d’armes et de missiles pour pouvoir prendre pour cible plus de buts stratégiques à l’intérieur d’Israël, si une nouvelle guerre venait à être déclenchée.

 
votre nom
Votre adresse email