Date de publication9 Feb 2019 - 18:01
Code d'article : 401400

La Turquie veut transformer un groupe terroriste en groupe politique

Taghrib (APT)
La Turquie veut transformer le Front al-Nosra (rebaptisé Hayat Tahrir al-Cham) en une force politique, a déclaré à Sputnik une source de la Commission de négociation syrienne (SNC).
La Turquie veut transformer un groupe terroriste en groupe politique
« La Turquie tente de régler le problème du Front al-Nosra dans le nord de la Syrie et ils [les Turcs] veulent faire de ce groupe un groupe politique », a déclaré la source.

Le gouvernement turc n’a pas encore confirmé l’information.

La source liée à la Commission de négociation syrienne (SNC) a également déclaré que la Turquie voulait impliquer le groupe terroriste Front al-Nosra dans une nouvelle armée dans le nord de la Syrie, où Ankara veut établir une zone de sécurité.  

« Selon le plan turc, al-Nosra sera impliqué dans l’armée nationale dans le Nord, que la Turquie tente de constituer maintenant », a déclaré la source.

Le groupe terroriste du Front Fatah al-Cham apportera son soutien à la Turquie en ce qui concerne l’opération d’Ankara contre les régions syriennes de l’est de l’Euphrate.

Selon la source, la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution syriennes, qui regroupe diverses forces de l’opposition, et le SNC se sont tous deux « efforcés d’améliorer l’ordre du jour turc dans le nord du pays — afin de créer une zone sécurisée de 32 km de profondeur, d’une superficie de 460 kilomètres carrés ».

« La Coalition et le Front al-Nosra se sont rencontrés pour convenir d’arrangements en vue de la fusion et de la formation d’une nouvelle armée dans le nord de la Syrie », a souligné la source.

La source a également commenté la position des États-Unis concernant ce plan.

« Les États-Unis ont déclaré que le projet turc dans le nord de la Syrie ne pose pas de problème tant qu’il prend en compte les intérêts de nos alliés [les Kurdes] », a déclaré la source.


À Idlib, la Turquie a fini par presque capituler vu les évolutions qui s’y sont récemment produites : un retour à l’accord d’Adana et le changement de cap du Front al-Nosra.

Cette déclaration intervient après que la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré la semaine dernière que des terroristes du Front al-Nosra constituaient des forces à Idlib, dans le nord de la Syrie, où la Russie et la Turquie ont convenu de créer une zone démilitarisée le long de la ligne de contact entre les forces gouvernementales syriennes et l’opposition armée.

La zone ne devait comporter ni armes lourdes ni éléments terroristes et extrémistes. La Russie a averti que la présence des terroristes du Front al-Nosra à Idlib était une violation des accords sur la zone.
 
votre nom
Votre adresse email