Date de publication16 Sep 2018 - 14:02
Code d'article : 359551

Le retour du service militaire obligatoire divise le Maroc

Taghrib (APT)
Certains y voient une mesure pour "dompter" les jeunes et contrecarrer les mouvements de protestation, d'autres une façon d'encadrer une jeunesse oubliée du développement: au Maroc, le rétablissement du service militaire obligatoire divise.
Le retour du service militaire obligatoire divise le Maroc
Des millions de jeunes Marocains et Marocaines, entre 19 et 25 ans, sont susceptibles d'être appelés sous les drapeaux pendant un an, d'après le projet de loi pour le rétablissement du service militaire obligatoire.

Présenté 12 ans après la suppression de la conscription, le texte a été adopté par le gouvernement et doit être débattu au Parlement la semaine prochaine.

Des peines allant d'un mois à un an de prison sanctionneront ceux refusant de répondre à l’appel. Des exemptions sont prévues en cas d'inaptitude physique, d'études ou pour celles qui élèvent des enfants.

L'annonce a suscité un flot de commentaires, au Maroc comme à l'étranger, avec des interrogations sur le sort des nombreux binationaux, les motivations du projet ou son adéquation avec les besoins des jeunes.

Certains ont créé une page Facebook regroupant près de 4.000 membres. Le but est de dire leur "refus" d'un projet de loi "annoncé sans qu'il n'y ait eu le moindre débat", explique Abdellah, 24 ans, un des modérateurs.

D'autres mettent en corrélation le rétablissement du service militaire obligatoire et la prolifération de mouvements de protestation.
 
votre nom
Votre adresse email