Date de publication24 Apr 2018 - 16:40
Code d'article : 326551

Les ex-sportifs participent à la course électorale en Irak

Taghrib (APT)
En 1986, Ahmed Radhi et Basil Gorgis défendaient sous le même maillot les couleurs de l'Irak lors de la Coupe du monde de football au Mexique. Aujourd'hui, ils s'affrontent pour décrocher une place au Parlement.
Les ex-sportifs participent à la course électorale en Irak
Dans cette compétition prévue le 12 mai, ils ont aussi face à eux Chaker Mohammad Sabbar, qui leur a succédé en équipe nationale et est aujourd'hui candidat dans la province d'Al-Anbar (ouest).
 
Et le football n'est pas le seul sport représenté dans ce scrutin.

Le président de la Fédération irakienne d'haltérophilie, Taleb Faysal, concourt pour la liste "Etat de droit" emmenée par l'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki. L'ex-nageur international, Sarmad Abdelilah, a rejoint celle de l'"Alliance de la victoire" de l'actuel Premier ministre Haider al-Abadi.

Toutes ces figures sportives arrivent avec un atout de taille dans un pays où depuis des années des manifestants dénoncent la gabegie de l'Etat et la corruption des hommes politiques.

- "Ils ont des fans" -

"Ils ont déjà des fans" en raison de leurs exploits sportifs, assure Hussein Hassan, 45 ans, électeur à Bagdad. "C'est maintenant au tour de ces vedettes de se mettre au service du peuple" et, de toute façon, "on leur fait plus confiance qu'aux politiciens qui n'ont apporté aucun changement".

Un argument qu'Ahmed Radhi, auteur de l'unique but de l'Irak dans une Coupe du monde, semble avoir bien entendu.

"Les Irakiens ont besoin de quelqu'un qui leur montre qu'il s'occupe de leurs intérêts et veut leur garantir une vie décente", assure ce candidat de la liste "Alliance nationale".


 
votre nom
Votre adresse email