La Maison Blanche "profondément préoccupée" par la situation au Bahreïn

APT-Beyrouth
Enfin, les Etats-Unis sourds, aveugles et muets depuis plus d’un an, on entendu les cris des manifestants bahreïniens, qui depuis février 2011, se font torturer, violer, réprimer, et massacrer par les forces du régime, qui ne tolère aucune opposition à son pouvoir.
date de publication : Thursday 12 April 2012 15:00
Code d'article: 90325
 
La Maison Blanche "profondément préoccupée" par la situation au Bahreïn

Les citoyens qui manifestent pacifiquement depuis plus d’un an, demandent d’être entendu par le monde entier, ils proclament leurs droits légitimes, la liberté d’expression, la participation au pouvoir et la liberté médiatique… De son coté le régime royal au pouvoir depuis des décennies a préféré ignorer son peuple, exerçant les pires atrocités envers des civiles sans défenses. 

Une opposition qui forme une majorité populaire s’est unie pour faire face au régime.
Les arrestations arbitraires, les condamnations à perpétuité pour des personnes accusé de participer aux manifestations, les licenciements des opposants de leurs postes, les tortures dans les prisons, et les condamnations à mort pour des jeunes opposants…étaient la réponse du gouvernement monarchique aux demandes légitimes du peuple. 


Le monde a ignoré la cause bahreïnienne, fermant les yeux et les oreilles, personnes ose condamné le monarque du golf persique soutenu par l’Arabie Saoudite, on préfère se focaliser sur la course Formula qui se déroulera dans ce même pays, ignorant les hurlements des femmes et des enfants agressés dans leurs propres maisons, ignorant les demandes des prisonniers en grève de la faim depuis deux mois. 

Un black-out médiatique, imposé par le monde « démocrate », a donné un délai ouvert au régime du Bahreïn pour écraser l’opposition populaire.

Enfin les États-Unis se sont réveillés apercevant la révolution bahreïnienne, il leur a fallu des centaines de mort et de blessés, de centaines de prisonniers pour entendre les hurlements du peuple. 

La condamnation timide des Etats-Unis a condamné, d’une part les actes des forces du régime et d’autre part a demandé à l’opposition de s’abstenir des actes « anti-gouvernementaux ».

La Maison Blanche a déclaré mercredi qu'elle était "profondément préoccupée" par la situation à Bahreïn et a appelé toutes les parties dans ce pays du Golfe à s'abstenir de toute violence.
"Les Etats-Unis continuent d'être profondément préoccupés par la situation à Bahreïn, et nous exhortons toutes les parties à rejeter la violence sous toutes ses formes", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, dans un communiqué. 

Appelant la police à faire preuve "d'un maximum de retenue", condamnant notamment l'usage excessif de la force et l'utilisation sans discernement de gaz lacrymogènes contre les manifestants.
M. Carney a souligné l'importance qu'il y avait, tant pour le gouvernement que les citoyens bahreïnis, à travailler ensemble pour s'attaquer aux "causes sous-jacentes de la méfiance" et promouvoir "la réconciliation". 

"A cet égard, il faut souligner que nous continuons d'être préoccupés par l'état de santé de l'activiste incarcéré Abdulhadi Al-Khawaja et nous appelons le gouvernement de Bahreïn à examiner d'urgence toutes les options disponibles pour traiter son cas", a-t-il ajouté. 

M. Carney a renouvelé l'appel des Etats-Unis au gouvernement, aux partis d'opposition et à toutes les composantes de la société, à s'engager dans un "vrai dialogue qui conduise à des réformes significatives répondant aux aspirations légitimes de tous les Bahreïnis".

Share/Save/Bookmark
Mots-clés: bahrein, situation preoccupante, maison blanche, opposition, samiha, liban