Deir ez-Zor : les groupes armés en toute coopération avec les forces américianes

Taghrib (APT)
Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les Kurdes sont l’épine dorsale, ont relancé leur opération anti-Daech à Deir ez-Zor alors qu’ils se sentent de plus en plus délaissés par les Américains.
date de publication : Sunday 11 November 2018 10:59
Code d'article: 376171
 
Deir ez-Zor : les groupes armés en toute coopération avec les forces américianes
 
Au terme d’un arrêt d’une semaine de leur opération baptisée « Tempête d’al-Jazira », les FDS ont donc repris la bataille anti-Daech sur l’est de l’Euphrate. Les affrontements se sont ainsi déroulés dans la ville de Hajin, située à l’est de la Syrie où les États-Unis ont massacré dans la nuit de vendredi à samedi pas moins de 26 civils. Mais où veulent en venir les Américains à Deir ez-Zor ?

Il est vrai que de nouvelles manœuvres US a Deir ez-Zor ne sont pas passées inaperçues aux yeux de Moscou, qui en veut à Washington d’avoir tout fait pour contrecarrer la coopération russo-turque à Idlib, y compris le fait de sacrifier les Kurdes et de les remplacer par Daech. Il y a quelques jours en effet, les forces spéciales russes sont arrivées à al-Safa, cette région stratégique de l’est de Soueïda où les terroristes de Daech ont tué plus de 250 Druzes en juillet quand l’armée a repris le contrôle de Deraa et de Quneitra, respectivement sur les frontières du Golan et de la Jordanie. Pourquoi les Russes ont-ils décidé de s’engager à Deir ez-Zor ? 
La réponse n’est évidemment pas sans rapport avec les agissements US dans cette province et les propos tenus par les officiels américains. Le contingent russe vient de rallier les forces d’élite de la 42e brigade Ghiath, appartenant à la 4e Division de l’armée syrienne, qui opère dans la région montagneuse d’al-Safa pour y démanteler les résidus de Daech, lesquels sont pilotés depuis la base US à al-Tanf.
Or, la présence des forces russes rend bien périlleux tout raid US à Deir ez-Zor. Le Kremlin semble avoir bien reçu le message de l’envoyé US pour la Syrie qui a demandé il y a deux jours une plus grande « permissivité » de Moscou face à Israël si ce dernier venait à reprendre ses frappes « anti-iranienne » en Syrie. Cet appel constitue ni plus ni moins une menace et les Russes l’ont pris comme tel.
Surtout que 24 heures après l’appel de Jeffrey, le Pentagone a révélé la présence des F-22 Raptor de l’US Air Force dans le ciel syrien. Le communiqué du Pentagone n’affirme ni le lieu ni la date de cette apparition mais est en fait un défi à l’adresse de Moscou et de ses S-300. « Nos F-22 ont récemment achevé leur première “vague de combats” en pénétrant profondément dans le territoire syrien, où ils ont été confrontés à la fois aux combattants ennemis et aux systèmes de missiles sol-air », indique le communiqué du Pentagone.
Les F-22 américains auraient donc survolé la Syrie sous l’œil des S-300 russes ? En tout cas, c’est la première fois que le département de la Défense décrit la mission des avions furtifs en Syrie comme étant un moyen de dissuasion contre les forces combinées syriennes, russes et iraniennes, et non plus contre Daech. Les USA sont-ils prêts à soutenir les frappes israéliennes contre les S-300 ? La Russie en tout cas semble prête. Cette semaine, Moscou a renforcé sa flotte de la Méditerranée orientale le long de la côte syrienne. Jeudi, les frégates Amiral Makarov de la flotte russe de la mer Noire, munie de missiles de croisière à longue portée Kalibr, et Amiral Grigorovich ont traversé le Bosphore. Ils doivent rejoindre les frégates Amiral Essen et Amiral Pytlivy, le navire de débarquement Nikolai Filchenkov et la corvette Vishny Volochek, qui étaient déjà sur place.
Share/Save/Bookmark