Enlèvement des gardes-frontières : l’ambassadeur pakistanais est passé au ministère des Affaires étrangères

Taghrib (APT)
L’ambassadeur pakistanais à Téhéran est passé au ministère des Affaires étrangères suite à l’enlèvement des gardes-frontières iraniens, a affirmé le porte-parole de ce ministère, Bahram Qassemi. Et d’ajouter qu’Islamabad doit prendre immédiatement les mesures nécessaires dans le sens de l’arrestation des terroristes et pour favoriser la libération des gardes-frontières iraniens.
date de publication : Wednesday 17 October 2018 14:37
Code d'article: 369389
 
Enlèvement des gardes-frontières : l’ambassadeur pakistanais est passé au ministère des Affaires étrangères
Selon l’agence de presse Fars News, suite à l’enlèvement de plusieurs gardes-frontières iraniens à la frontière de Mirjaveh par un groupe terroriste takfiriste et leur transfert vers le Pakistan, le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Qassemi, a condamné cet acte terroriste et exprimé sa vive indignation envers ce terrible événement.

Le diplomate iranien a ajouté :
« Le vice-ministre des Affaires étrangères pour l’Asie de l’Ouest a retransmis à l’ambassadeur pakistanais à Téhéran sa demande à l’adresse du gouvernement pakistanais qui, dans le cadre des relations bilatérales, du principe de bon voisinage et des engagements prévus par les accords bilatéraux et le droit international, doit, sans perdre le temps, mobiliser tous ses moyens et prendre toutes les mesures nécessaires afin que les gardes-frontières iraniens soient libérés et les terroristes soient arrêtés. »

L’ambassadeur du Pakistan est également sommé de transmettre ce message à Islamabad et d’informer le ministère iranien des Affaires étrangères des résultats des mesures prises par son gouvernement.

Selon M. Qassemi, l’ambassadeur pakistanais à Téhéran a pour sa part exprimé ses regrets des plus vifs à l’occasion de ce triste événement et promis de donner suite aux demandes de la partie iranienne à ce sujet.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a également précisé :

« L’ambassadeur de notre pays à Islamabad a lui aussi rencontré des responsables locaux, appelant à des mesures fermes et sérieuses du gouvernement pakistanais contre les malfaiteurs et les terroristes takfiristes qui, depuis le territoire pakistanais, mènent des attaques, des actes de sabotage, des kidnappings et des crimes dans les zones frontalières iraniennes. L’ambassadeur iranien au Pakistan a aussi demandé des mesures immédiates d’Islamabad, pour rendre possible la libération des gardes-frontières iraniens. »

Le commandant de la force terrestre du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), le général de brigade Mohammad Pakpour, a rappelé, le mardi 16 octobre, que des éléments du groupe terroriste Jaysh al-Adl s’étaient infiltrés, depuis la frontière du Pakistan, dans un poste de contrôle frontalier censé surveiller la frontière de Mirjaveh, appartenant à la province du Sistan-et-Baloutchistan. Des Bassidjis et des gardes-frontières ont été enlevés à la frontière de Mirjaveh par des éléments de groupuscules antirévolutionnaires.
Share/Save/Bookmark