Les intérêts pétroliers de l’Iran sont liés de ceux de la Russie

Taghrib (APT)
Le vice-président du Mouvement international de l’Eurasie a déclaré que les États-Unis avaient pour objectif de diviser l’Iran et la Russie.
date de publication : Wednesday 10 October 2018 11:09
Code d'article: 366893
 
Les intérêts pétroliers de l’Iran sont liés de ceux de la Russie
Leonid Savine, vice-président du Mouvement international de l’Eurasie et rédacteur en chef du magazine russe Geopolitics of postmodernism, a accordé, le mardi 9 octobre, une interview exclusive à l’agence de presse iranienne IRNA.

Lors de cet entretien, Leonid Savine a déclaré que l’une des politiques de principe des États-Unis consistait à semer la zizanie entre la Russie et ses amis, y compris l’Iran et la Chine.

« Il faut que les responsables russes et iraniens veillent à ce qu’ils ne se laissent pas entraîner dans ce piège et la meilleure voie pour éviter ce piège est que les deux parties prennent en considération leurs intérêts mutuels via les consultations régulières. Par exemple, les dirigeants américains proposent à la Russie d’augmenter sa production de brut, mais il revient à Moscou de veiller à ce que les intérêts de l’Iran ne soient pas en danger », a expliqué l’analyste géopolitique russe.

Il s’est ensuite attardé sur les récents propos du ministre russe de l’Énergie, disant que la Russie entendait poursuivre sa coopération avec l’Iran même après l’entrée en vigueur de nouvelles sanctions américaines qui pourraient toucher le secteur pétrolier de ce pays.

« La Russie continue d’honorer ses engagements, pris dans le cadre de ses accords signés avec l’Iran, malgré les sanctions US. Conformément à un projet qui est en cours depuis des années, la Russie importe et réexporte une quantité de pétrole iranien et cela favorise l’essor de coopération économique entre l’Iran et la Russie », a déclaré M. Savin.

Concernant la hausse de la production du brut russe, l’analyste a réaffirmé que les moyens dont disposait la Russie ne lui permettaient pas de produire plus de 200 000 barils de pétrole par jour.

Il a qualifié d’« incorrectes » et d’« irréalisables » les allégations selon lesquelles la Russie pourrait combler le vide iranien sur le marché du pétrole.

« Les politiques suivies par les États-Unis lancent un grand défi à l’Iran et la Russie. Les États-Unis s’imposent comme un rival géopolitique de la Russie et un ennemi juré de l’Iran. Il revient donc à Moscou et à Téhéran de prendre en compte les conséquences des politiques américaines. Ce que Washington veut est la déstabilisation du Moyen-Orient et pour cela il faut renforcer les groupes terroristes, ce qui représente une menace sérieuse pour l’Iran et la Russie. Moscou connaît bel et bien les conséquences d’une telle politique sur la région de la Caspienne, l’Asie centrale et le Caucase. C’est pourquoi les responsables russes coopèrent avec l’Iran dans la lutte antiterroriste », a expliqué le vice-président du Mouvement international de l’Eurasie.

Il a ajouté que malgré l’importance que revêtait le domaine sécuritaire, la coopération irano-russe ne devrait pas s’y limiter. « Il faut élargir la structure de coopérations entre les deux pays », a-t-il souligné, évoquant les domaines de l’énergie, des transports maritimes, terrestres et ferroviaires ainsi que les domaines aérospatial, bancaire et touristique.

« Il faut que nous consolidions nos coopérations pour pouvoir neutraliser les projets de l’Occident visant à nuire à nos pays et que nous réglions nos problèmes et points de désaccord via une évaluation minutieuse. C’est ainsi que nous pouvons profiter des fruits de cette coopération, dont et surtout le renforcement de la sécurité et de la stabilité dans la région », a-t-il conclu.
Share/Save/Bookmark