Bosnie : un pays divisé et usé aux urnes

Taghrib (APT)
Les Bosniens ont voté pour beaucoup sans illusion dimanche, usés par la pauvreté et la corruption et lassés de politiques qui ont encore joué sur les réflexes communautaires avant les élections générales.
date de publication : Monday 8 October 2018 12:48
Code d'article: 366075
 
 
Dans un scrutin aussi complexe que des institutions dessinées selon des lignes identitaires après la guerre intercommunautaire de 1992-95, ils désignent leurs diverses assemblées parlementaires ainsi que les trois membres de la présidence collégiale : un Bosniaque (musulman), un Serbe (orthodoxe) et un Croate (catholique).
 
Comme en 2014, "les nationalistes vont encore gagner et rien ne changera", prédit Armin Bukaric, homme d'affaires de 45 ans de Sarajevo. "Ces gens sont depuis très longtemps au pouvoir. Certains pensent qu'ils sont des Dieux", dit Vesna Paul, une employée de banque d'une cinquantaine d'années de Banja Luka (nord), capitale des Serbes de Bosnie.

Vingt-cinq ans après le conflit (100.000 morts), les principaux candidats ont joué sur la corde nationaliste, notamment le Serbe Milorad Dodik et le Croate Dragan Covic, mais aussi les prétendants bosniaques.

Votant dans son village de Laktasi (nord), Milorad Dodik s'est dit convaincu d'"une grande victoire" face à son rival chez les Serbes, le centriste Mladen Ivanic. Il deviendrait alors coprésident d'un pays dont il a répété pendant la campagne qu'il n'était à ses yeux "pas un Etat".
 
Share/Save/Bookmark