Nucléaire iranien : l’Agence fait peu de cas de la demande de Netanyahu

Taghrib (APT)
L’Agence internationale de l’énergie atomique a réagi à la demande du Premier ministre israélien de mener une enquête sur ce qu’il appelle le « site nucléaire secret iranien à Torquzabad » au sud de Téhéran.
date de publication : Wednesday 3 October 2018 13:31
Code d'article: 364738
 
Lors de son discours jeudi dernier à l’Assemblée générale des Nations unies, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a prétendu que l’Iran avait un entrepôt secret de matières et équipements nucléaires dans le village de Torquzabad au sud de Téhéran.

Le communiqué de l’Agence précise que toutes les informations reçues, y compris des informations fournies par des parties tierces, vont être évaluées à côté d’autres informations dont dispose l’Agence, afin de parvenir à une évaluation indépendante, technique et factuelle.
 
D’après le texte, la méthode de l’Agence internationale de l’énergie atomique, lorsqu’il s’agit de tels cas, ne consiste pas à s’exprimer en séance publique. Du coup, le quotidien israélien Jerusalem Post a écrit que l’AIEA a fait peu de cas de la demande de Netanyahu.

Le communiqué de l’AIEA insiste aussi sur la nécessité de préserver l’indépendance de cette instance, et ajoute qu’en cas de besoin, l’Agence enverra ses inspecteurs sur les sites ou les lieux concernés.

L’AIEA utilisera tous ses régimes de sauvegarde et de vérification qui concerneraient d’une manière ou d’une autre ces informations, mais évitera sérieusement des approches superficielles dans le traitement desdites informations, ajoute le communiqué.

Toujours d’après le communiqué, ce qui compte le plus, pour assurer le prestige de l’Agence, c’est de maintenir son indépendance dans toutes les missions de vérification.


L’Agence précise également que les missions de vérification en Iran se faisaient suivant le régime de sauvegarde du protocole additionnel au TNP auquel adhère le pays, et d’ajouter que cette instance s’occupait également des vérifications dans le cadre des engagements iraniens envers l’accord nucléaire connu sous le nom du Plan global d’action conjoint (PGAC).

Sous couvert de l’anonymat, un responsable israélien a dit lors d’entretien avec la chaîne 10 de la télévision israélienne que l’AIEA n’a rien fait de concret sur la base des données que Tel-Aviv lui a fournies.

Beaucoup d’internautes sur les réseaux sociaux se sont moqués du Premier ministre israélien à cause de ses récentes allégations à l’ONU. Certains d’entre eux ont posté des images montrant qu’à l’endroit même auquel faisait référence Netanyahu, il existe un atelier de lavage de tapis.
Share/Save/Bookmark