"Jour noir" dans les camps rohingyas, un an après l'exode de Birmanie

Taghrib (APT)
Des milliers de réfugiés rohingyas ont manifesté samedi au nom de la "justice" dans les immenses camps de réfugiés du Bangladesh, à l'occasion du premier anniversaire du début d'un exode sans précédent de Birmanie voisine.
date de publication : Sunday 26 August 2018 16:22
Code d'article: 353357
 
"Nous demandons justice à l'ONU", ont scandé les membres de cette communauté musulmane apatride, dont 700.000 membres ont fui l'année dernière la Birmanie échapper à ce que les Nations unies considère comme une épuration ethnique menée par l'armée.
 
Dans ce qui est désormais le plus grand camp de réfugiés de la planète, avec près d'un million de personnes au total, le chaos de l'automne 2017 a accouché d'une mer de cabanons de bambous et de bâches où règnent désespoir et misère absolue.

Dans des rassemblements surprise et rarissimes dans ces camps surveillés de près par les autorités du Bangladesh, une foule de Rohingyas est sortie samedi de ses cahutes et s'est jointe à des manifestations et marches pacifiques pour commémorer un "jour noir".

Le 25 août 2017, une vague de répression de l'armée birmane à l'encontre de la minorité paria est débutée. Cette campagne militaire a provoqué des déplacements de populations d'une magnitude jamais vue dans cette région pourtant enferrée dans un cycle sans fin de haine et de violences intercommunautaires depuis des décennies.
 

Au Bangladesh, des manifestants arboraient des foulards marqués "Sauvez les Rohingyas", d'autres agitaient des drapeaux. "Plus jamais: jour du souvenir du génocide rohingya. 25 août 2018", proclamait une bannière sur une colline du camp de Kutupalong.

 
Share/Save/Bookmark