Soudan du Sud: La vie après la guerre des enfants-soldats

Taghrib (APT)
A 11 ans, quand Baba John a fui la milice dont il avait grossi les rangs quelques mois auparavant au Soudan du Sud, il avait déjà arrêté le décompte macabre du nombre de cadavres qu'il avait vus.
date de publication : Friday 17 August 2018 12:18
Code d'article: 351665
 
Soudan du Sud: La vie après la guerre des enfants-soldats
Cette période de meurtres et de pillages avait débuté avec une lourde décision à prendre, de celles dont on sort forcément perdant: tuer ou être tué.

Son village près de la localité de Pibor (est) venait d'être attaqué par un des nombreux groupes armés impliqués dans la guerre civile au Soudan du Sud, la Faction Cobra. Il avait survécu à l'assaut mais, craignant de ne pas être aussi chanceux la fois d'après, il avait décidé de quitter sa famille et de s'enrôler dans la milice.

"J'ai été obligé de tirer et de piller", se souvient Baba John.
L'adolescent, qui a désormais 15 ans, fut ensuite relâché dans le cadre d'un programme du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) dédié aux enfants-soldats.

Depuis que le Soudan du Sud a plongé dans la guerre civile fin 2013, deux ans seulement après son indépendance soutenue par les Etats-Unis et le régime hébreu, environ 19.000 mineurs ont été contraints de faire la guerre, dans les rangs de l'armée, de la rébellion ou de milices locales, selon une estimation de l'Unicef.

 
Share/Save/Bookmark