La riposte de la Résistance palestinienne a surpris Israël

Taghrib (APT)
Un analyste libanais revient sur le tir de près de 200 roquettes et missiles palestiniens contre Israël en riposte aux récents raids aériens d'Israël. Selon lui, cette riposte est doublement significative: les difficultés économiques que traverse la bande de Gaza n’ont pas affaibli la volonté de la nation palestinienne à résister, mais encore elles ont permis à la Résistance de se préparer pour divers scénarios possibles.
date de publication : Sunday 12 August 2018 16:47
Code d'article: 350384
 
La riposte de la Résistance palestinienne a surpris Israël
Interviewé par Fars, Talal Atrissi, sociologue libanais et chercheur en affaires régionales estime que les récents échanges de feu entre la Résistance palestinienne et l’armée israélienne dans la bande de Gaza ont été une « surprise » pour le régime de Tel-Aviv ainsi que pour les puissances qui agissent pour semer la discorde entre les groupes de la résistance, notamment depuis que les États-Unis ont évoqué, il y a quelques mois, le projet du « Deal du siècle » destiné à éliminer la Palestine.

« Le régime sioniste et certaines autres parties s’imaginent que les difficultés économique, sociale et humanitaire dont souffrent les Palestiniens de Gaza ont affaibli leur volonté, mais ce qui s’est passé contredit leurs prévisions ; la Résistance est prête à riposter chaque fois que Gaza est attaquée», a déclaré M. Atrissi.
 
Selon l'expert, la récente escalade avec Gaza a poussé les dirigeants israéliens à envisager une trêve alors qu'ils refusaient obstinément de s'y soumettre  ; c’est d'ailleurs pour cette raison qu'Israël a élevé le niveau d’alerte jusqu’à « l’état de guerre ». Ce qui se produit actuellement à la frontière de la bande de Gaza pourrait annoncer le déclenchement d’une nouvelle guerre contre Gaza mais Israël sera perdant.

Dans une autre partie de ses propos, l’analyste libanais a qualifié d’évolution importante la formation d’une « chambre d’opération commune des groupes de résistance palestiniens », sans manquer de dire que cela témoigne de l’unité interpalestinienne et du soutien de tous les palestiniens à la Résistance.

Talal Atrissi a précisé ensuite que « le principe de dissuasion » a changé de nature depuis 2000 et que le régime de Tel-Aviv ne peut plus être "celui qui débute puis met fin à la guerre". Ce régime ne peut plus menacer et attaquer autant qu’il le voudra, il a bien  saisi que les mouvements de la résistance palestinienne représentait une "menace stratégique" pour sa survie.

« C'est presque toujours la même chose: quand l’armée israélienne voit loin de portée la victoire totale, elle propose le cessez-le-feu. Or la trêve ne signifie pas l'arrêt des hostilités et d'agissements contre la Résistance.  Et c'est pour cette raison qu'à chaque trêve, les combattants palestiniens restent sur leur garde et se préparent pour partir mieux en guerre », a souligné M. Atrissi.
 
Le mercredi 8 août, après que le régime israélien eut visé l'une des base appartenant aux Brigades Izz al-Din al-Qassam, bras militaire du Hamas, et tué deux membres de cette brigade, les groupes de résistance ont riposté en tirant quelques 200  missiles et roquettes en direction de la Palestine occupée.

Les médias israéliens ont fait part d’un tir de missile sur une usine dans la zone industrielle de la colonie de Sha'ar Hanegev et de plusieurs roquettes tirées depuis la bande de Gaza sur la colonie d’Ashkol.

Le quotidien israélien Haaretz a qualifié la nuit de mercredi de « nuit de refuge » dans les colonies frontalières de la bande de Gaza.
Share/Save/Bookmark