Macron oublie les droits de l'Homme et parle de l'accord éonomique entre l'Azerbaïdjan et l'UE

Taghrib (APT)
Le président français, Emmanuel Macron, a assuré vendredi à Paris son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliev, de son "soutien à un nouvel accord de coopération entre l'Azerbaïdjan et l'Union européenne", au cours d'un déjeuner de travail critiqué par des défenseurs des droits de l'Homme.
date de publication : Saturday 21 July 2018 13:19
Code d'article: 344737
 
Macron oublie les droits de l
En cours de négociation depuis février 2017, cet accord avec l'UE vise à renforcer les liens bilatéraux avec cette petite république du Caucase, dont le sous-sol regorge d'hydrocarbures et qui représente pour l'Europe une source d'approvisionnement en gaz alternative à celle de la Russie.
 
M. Macron "a assuré le président Aliev de son soutien à la perspective" de ce nouvel accord de coopération, "qui pourrait être signé d'ici la fin de l'année", précise la présidence dans un communiqué.

La France se tient "prête à accompagner l'Azerbaïdjan dans ses efforts pour diversifier son économie", a ajouté le chef de l'État. Trois accords entre les deux pays, "portant sur la gestion des eaux, les équipements aéronautiques et la coopération spatiale", ont été présentés.

Dirigé d'une main de fer depuis 2003 par Ilham Aliev, qui a succédé à son père, le pays est critiqué par les ONG internationales pour sa répression des défenseurs des droits de l'Homme et des détracteurs du président qui rejette ces accusations.

Le célèbre militant azerbaïdjanais Rassul Djafarov a ainsi réclamé dans une lettre ouverte adressée au président Macron que ce dernier demande au président Aliev la libération des "plus de 100 opposants, journalistes, blogueurs (...) et autres détenus pour des raisons politiques dans les prisons azerbaïdjanaises", évoquant en particulier le cas de l'opposant Ilgar Mammadov, condamné à 7 ans de prison en 2014.

Les deux présidents ont enfin évoqué le conflit larvé entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie autour de la région disputée du Nagorny-Karabagh, une zone stratégique située entre l'Iran, la Russie et la Turquie.

Se "félicitant" de la rencontre, le 11 juillet à Bruxelles, des ministres des Affaires étrangères arménien et azerbaïdjanais, M. Macron a souligné son intention de continuer "à travailler à la recherche d'une solution négociée, qui est la seule option pour mettre fin à ce conflit de façon durable".
 
Share/Save/Bookmark