Systèmes de défense antiaérienne russes vs missiles américains en Syrie

Taghrib (APT)
En Syrie, les forces russes contrôlent deux bases: la base aérienne de Hmeimim, près du port de Lattaquié, dans le nord de la Syrie, et la base navale au port de Tartous.
date de publication : Friday 13 April 2018 17:37
Code d'article: 324493
 
Systèmes de défense antiaérienne russes vs missiles américains en Syrie
Toutes ces deux bases aériennes sont couvertes par des systèmes de défense antiaérienne et antimissile mobiles: des S-400 sont installés près de Hmeimim et des S-300VM défendent Tartous.

Ces systèmes sont en mesure de couvrir un périmètre allant jusqu’à 400 kilomètres dépendamment du type de missiles tirés et comptent parmi les meilleurs systèmes de défense à longue portée au monde.

En plus, le système à moyenne portée BUK-M2E et le système à courte portée Pantsir S1 viennent à l’appui des S-300 et S-400.

Le déploiement de ces systèmes assure une couverture de déni et anti accès ((A2/AD – Anti-access/Access-Denial) qui défend les bases stratégiques devant toute menace, soit en provenance d’un petit drone armé, soit des chasseurs volant à basse altitude et des missiles balistiques tactiques.

La seule faille de ces systèmes de défense russes concerne l’identification de la cible. Une couverture radar renforcée pourrait être la solution d’autant plus que le système de détection et de commandement aéroporté (SDCA) A-50, installé en Syrie, permet largement aux systèmes antiaériens russes de remédier à cette faille.

Pour tromper ces systèmes antiaériens russes, la seule chose que pourraient faire les États-Unis est de tirer une salve de missiles. Le problème est que ce type d’attaque au missile réduit largement son efficacité.Si les États-Unis lancent une attaque au missile limitée contre la Syrie, l’armée syrienne sera en mesure d’y répondre. Les missiles américains pourraient être tirés depuis les destroyers équipés de missiles téléguidés et les sous-marins déployés actuellement en Méditerranée. Une attaque limitée des États-Unis serait donc ponctuée d’une riposte limitée russe. Autrement dit, l’armée russe pourrait utiliser un système de guerre électronique de brouillage pour saboter la mission des destroyers et des sous-marins américains et aveugler le système antiaérien AEGIS (le puissant système électronique de défense aérienne, à capacités anti-avions et antimissiles, qui forme l'essentiel de la défense anti-aérienne de la flotte des USA).

L’ampleur des dégâts causés aux USA reste à discuter mais cette stratégie russe rendra certainement très difficile la mission de l’US Navy en Syrie. 
Share/Save/Bookmark