15 ans après l'invasion américaine, l'Irak attend toujours la reconstruction

Taghrib (APT)
A Bagdad, la chute de la dictature en 2003 laissait espérer une reconstruction prometteuse par l'invasion américaine. Mais 15 ans plus tard, les chantiers censés faciliter la vie des habitants de la deuxième capitale la plus peuplée du monde arabe n'ont jamais démarré.
date de publication : Sunday 8 April 2018 15:23
Code d'article: 323357
 
Dans certains quartiers de cette cité plus que millénaire, des grues rouillent doucement depuis l'entrée des soldats américains le 9 avril 2003, comme si le temps s'était arrêté.

Ici, la coupole de béton brut de la mosquée pharaonique voulue par Saddam Hussein est toujours béante. Là, le lieu le plus symbolique de l'ancien régime, le rond-point où trônait la statue du dictateur mise à bas, attend toujours d'être réaménagé.

Aux alentours, les ponts, voies rapides et autres carrefours de cette ville de 900 km2 se creusent d'ornières sans jamais être réasphaltés.

En 2004 puis en 2007, Washington et Bagdad avaient bien mobilisé bailleurs et puissances internationales pour des conférences sur l'avenir de l'Irak. Mais tous les plans quinquennaux et autres déclarations sont jusqu'ici restés lettres mortes.

 
Share/Save/Bookmark