Obsèques à Gaza de Palestiniens dont un reporter tués par les snipers israéliens

Taghrib (APT)
Des habitants de Gaza ont enterré samedi des proches, dont un journaliste, après la mort de neuf Palestiniens dans les derniers manifestations près des Territoires occupés.
date de publication : Sunday 8 April 2018 13:12
Code d'article: 323342
 
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a "salué" l'armée israélienne.

Des milliers de Palestiniens ont pris part, pour le deuxième vendredi de suite, à des protestations près de la barrière de sécurité séparant les territoires occupés de l'enclave palestinienne.

Des manifestations ont éclaté, comme le 30 mars, date à laquelle la bande de Gaza avait connu son bilan le plus sanglant (19 morts) depuis l'offensive israélienne de 2014 contre Gaza.

Des manifestants ont incendié des pneus pour se protéger des balles des snipers israéliens.

Neuf manifestants ont été tués par balles et près de 500 blessés, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Parmi eux figure le journaliste trentenaire Yasser Mourtaja qui a succombé à ses blessures infligées lors des manifestations à l'est de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, a indiqué le ministère samedi.

Une vidéo prise au moment du transport vers l'hôpital de Yasser Mourtaja, qui travaillait pour l'agence Ain Media basée à Gaza, le montre portant une veste avec l'inscription "PRESS" (presse).

- "Tirs délibérés" -
Présent à ses côtés lorsqu'il a été atteint, son frère, Motazem, a affirmé que "la cible était très clairement les journalistes".

Selon le syndicat des journalistes palestiniens, cinq journalistes ont été blessés vendredi, et ils étaient, a-t-il affirmé, clairement identifiables à leur veste.

Le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire, a condamné "avec la plus grande indignation les tirs délibérés de l'armée israélienne contre des journalistes".

De son côté, le syndicat des journalistes en Israël a réclamé des éclaircissements sur la question des journalistes palestiniens visés par les soldats, dans une lettre au chef d'état-major Gadi Eisenkot.


Samedi, des dizaines de proches et de confrères du journaliste ont participé à une procession entre l'hôpital et sa maison lors de laquelle son corps était recouvert d'un drapeau palestinien et d'un gilet avec la mention "PRESS".

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a accusé Israël d'attaquer des journalistes qui essayaient de montrer la "vraie image d'un peuple opprimé sous blocus".

 
Share/Save/Bookmark