Indonésie: les trois-roues traditionnels chassés par un modèle de transporte américain

Taghrib (APT)
L'explosion récente du nombre de moto-taxis sur le modèle d'Uber chasse les trois-roues traditionnels des rues d'Indonésie, sur fond de concurrence féroce entre services de taxi via des applications sur smartphone dans l'archipel d'Asie du Sud-Est.
date de publication : Sunday 25 March 2018 17:08
Code d'article: 320379
 
Indonésie: les trois-roues traditionnels chassés par un modèle de transporte américain
 
 
La start-up indonésienne Go-Jek, la société Grab basée en Malaisie et l'américaine Uber, qui mettent en relation des passagers et chauffeurs de motocyclettes, se livrent une lutte acharnée au détriment des bajaj, ces trois-roues qui ont été pendant des décennies un moyen de transport incontournable, en particulier dans la capitale Jakarta.

"Notre revenu a chuté de 70 à 80% depuis l'apparition des services de taxis en ligne", se plaint Zainuddin, un conducteur de bajaj, petite voiture à trois roues pouvant transporter deux ou trois personnes.

Environ 14.000 bajaj étaient en circulation en Indonésie en 2015, selon les statistiques les plus récentes, alors que la start-up Go-Jek, créée en 2010, revendique à elle seule 900.000 chauffeurs et 15 millions d'utilisateurs actifs.

Attirés par ce succès, l'américain Google et un fonds souverain de Singapour ont annoncé des investissements dans Go-Jek, société peu connue hors d'Asie mais dont la valeur a été estimée à plus de 4 milliards d'euros.

Cette dernière aurait également obtenu un soutien financier de Tencent, société chinoise spécialisée dans les services internet et mobiles. Go-Jek envisage par ailleurs une introduction en Bourse pour se développer en Indonésie et au-delà.

L'expansion de Go-Jek devrait multiplier encore le nombre de moto-taxis, voitures privées et d'autres services -- tels des massages, courses via internet et livraisons de colis -- commandés avec un smartphone.

Confronté à une concurrence féroce, Uber cherche à revendre une partie de ses services en Asie du Sud-Est à sa rivale malaisienne Grab, en échange d'une participation dans cette dernière.


 
Share/Save/Bookmark