Washington demande la tenue d’une réunion d’urgence en Jordanie sur la Syrie

Taghrib (APT)
Washington a demandé la tenue d’une réunion d’urgence en Jordanie pour parler des attaques survenues dans le sud-ouest de la Syrie.
date de publication : Wednesday 14 March 2018 15:19
Code d'article: 318224
 
Washington demande la tenue d’une réunion d’urgence en Jordanie sur la Syrie
Un responsable du département d’État des États-Unis a annoncé que son pays avait demandé l’organisation d’une réunion extraordinaire en Jordanie en raison des attaques récentes dans le sud-ouest de la Syrie. Avant cela, des opposants armés et des sources locales avaient prétendu que les chasseurs syriens avaient attaqué des cités contrôlées par les opposants dans le sud du pays.

Selon l’agence de presse ISNA, des leaders de l’opposition syrienne ont déclaré que les chasseurs de l’armée avaient mené 8 frappes sur des zones situées dans la banlieue de Deraa et plus précisément à Basr al-Harir, al-Harak, al-Qariyah et à al-Thoura.

Reuters a annoncé qu’il s’agit là du premier raid aérien dans la région depuis l’accord passé entre la Russie et les États-Unis faisant entrer cette zone dans la liste des « zones de désescalade ».

Une source au sein de l’« opposition » syrienne a déclaré que certaines des zones bombardées étaient situées près de la ligne de front au nord de Deraa, à proximité de la grande base de l’armée syrienne et de la frontière turque.

La région méridionale de Deraa est l’une des trois principales zones de Syrie qui est toujours sous le contrôle de l’opposition, sans oublier que le nord de la région, situé près de la frontière turque et de la Ghouta orientale, l’est également.

Un des leaders de l’opposition a déclaré : « Ces attaques aériennes dans le Sud constituent une mise en garde à l’adresse de nos forces qui avaient l’intention de lancer une nouvelle offensive dans la Ghouta orientale. »

Abou Nubuwat, un des commandants du groupe Liwa Tawhid al-Junub, affilié à l’ASL, a ajouté : « Nous avions l’intention d’entreprendre des opérations destinées à réduire a pression sur nos éléments. Mais l’armée syrienne nous a pris de court. »

Un autre leader de l’opposition a affirmé aussi : « Des groupes affiliés à l’ASL ont rassemblé leurs forces dans le but de lancer éventuellement une plus grosse attaque. »

Khalid al-Faraj, le chef d’un groupe rebelle à Quneïtra, a déclaré : « Tous les groupes du Sud qui disposent de forces et d’équipements sont prêts à lancer de nouvelles opérations. »

Selon des sources américaines inquiètes de cette violation du cessez-le-feu qu’elles mettent cyniquement sur le dos de l’armée syrienne, Washington a octroyé des millions de dollars pour soutenir les installations contrôlées par les opposants ainsi que des aides humanitaires aux conseils locaux dirigés par les opposants du Sud dans le cadre du programme de rétablissement de la stabilité à la suite du cessez-le-feu.

Israël, la Jordanie et Washington font pression sur Moscou pour faire partir les combattants soutenus par l’Iran des régions situées à la frontière sud-ouest du pays.
Share/Save/Bookmark