le scénario américain pour viser le palais présidentiel

Taghrib (APT)
Le chef d'état-major de l'armée russe, Valery Guerassimov a fait ce mardi de nouvelles révélations sur le plan de Washington visant à frapper la capitale syrienne Damas. Le général a alors affirmé que son pays dont les militaires ont une large présence à Damas ainsi que dans des bases aériennes et terrestres russes en Syrie, iraient riposter à toute frappe qui mettrait en danger la vie des militaires russes.
date de publication : Wednesday 14 March 2018 14:53
Code d'article: 318203
 
le scénario américain pour viser le palais présidentiel
Cette mise en garde a fait suite à un exposé où le général a porté au grand jour le plan des Américains destinés à bombarder Damas : Cité par Russia Today, le chef d'état-major russe a souligné que toute attaque aux missiles ou aux roquettes venue de la part des Américains sera ripostée et que cette riposte inclut également la ville de Damas. Le général a affirmé disposer des informations selon lesquelles "les terroristes s'apprêtent à lancer des attaques chimiques contre les civils " dans la banlieue de Damas pour " en accuser par la suite le gouvernement syrien".

" Les terroristes ont déjà installé (de force) les civils dans la Ghouta orientale pour les exposer aux attaques chimiques et les casques blancs ( les pseudo humanitaires qui défilent sur les écrans des médias occidentaux jouant le rôle des secouristes, NDLR) se trouvent également sur place, a affirmé le chef d'état-major avant d'ajouter :" Dans la foulée, l'administration américaine accusera le gouvernement de Damas d'avoir gazé la population de la Ghouta orientale. Washington prétendra ensuite avoir à sa disposition des preuves irréfutables au sujet de l'implication de Damas et de Moscou dans le meurtre des civils". Selon le général , " les casques blancs sont déjà à la manœuvre sous la couverture d'aide et d'assistance à apporter aux civils syriens mais en réalité, ce sont des agents qui appuient en coulisse les terroristes et font avancer les objectifs des soutiens occidentaux de ces derniers". 

Plutôt, le sénateur russe, Alexeï Pouchkov avait mis en garde contre les propos tenus par l'ambassadrice US à l'ONU, Nikky Haley qui avait menacé mardi Damas de frappes aériennes au cas où des preuves surgissaient sur l'implication de l'armée syrienne dans des attaques chimiques. 

Pouchkov a twitté : " Haley est inquiet du sort des terroristes d'Al Nosra piégés dans la Ghouta orientale. Ce sont là d'ultimes efforts pour sauver les terroristes" et préserver une poche dans la banlieue de la capitale en vue des plans d'attaque à venir. 

Le président français, Emmanuelle Macron, a lui aussi mis en garde Assad en affirmant que la France frapperait Damas, comme l'avaient fait les Américains en décembre 2017, si des preuves confirment l'implication du gouvernement syrien dans des frappes chimiques. 
Share/Save/Bookmark