L’armée turque et les groupes rebelles alliés arrivent à 1,5 km d’Afrin

Taghrib (APT)
Au 52e jour de son offensive dans le nord de la Syrie contre les forces kurdes dans l’enclave d’Afrin, l'armée turque, aidée par les éléments armés de l’ASL, est arrivé à 1,5 km du centre-ville d’Afrin, ont rapporté les médias turcs.
date de publication : Tuesday 13 March 2018 12:33
Code d'article: 317891
 
L’armée turque avance avec acharnement vers Afrin et elle n’a presque plus que 1 km pour assiéger totalement la ville kurde syrienne.

Épaulées par les hommes armés de l’ASL, les forces turques ne tarderont pas à atteindre le centre-ville d’Afrin, dont elles ne sont plus selon lui qu’à environ 1,5 km sur la route qui vient de l’est vers le sud, rapporte toujours les sources turques.

L’agence de presse Anadolu a publié un rapport disant que près de 1.100 km de la région visée par l’offensive turque, baptisée l’opération « Rameau d’Olivier », ont été occupés par les Turcs.

Selon ce média, depuis le déclenchement de cette opération sur Afrin, au nom de la « sécurisation de sa frontière », l’armée turque a repris aux combattants kurdes, le contrôle de 193 régions, dont 5 chefs-lieux, 155 villages et 33 points stratégiques.

Les médias turcs prétendent que les groupes kurdes, PKK et YPG, ne laissent pas les civils quitter la région et se servent des habitants comme bouclier humain.

L’état-major turc affirme avoir tué au moins 3.347 combattants kurdes et plus de 60 d’entre eux se sont rendus à l’armée turque.

L’armée turque a lancé, le 20 janvier dernier, l’opération « Rameau d’Olivier » contre les YPG (qui font partie des Forces démocratiques syriennes, FDS) et le PYD à Afrin, qui compte quelque 1,5 million de Kurdes et de réfugiés d’autres régions de Syrie. Ankara considère tous ces groupes comme des terroristes. Des éléments armés de l’Armée syrienne libre y font également partis.

Malgré les critiques internationales, l’armée turque a poursuivi son opération illégale sans même avoir l’aval du gouvernement syrien.

Damas a condamné l’opération « Rameau d’Olivier » et l’occupation des régions syriennes par l’armée turque, qu’il qualifie d’atteinte flagrante à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Syrie.

Ankara a, à maintes reprises, menacé d’élargir son offensive sur d’autres villes du nord de la Syrie dans la région d’Afrin, afin d’éliminer toute présence de milices kurdes considérées comme terroriste par Ankara. En outre, M. Erdogan a promis de « nettoyer » entièrement Manbij jusqu’à la frontière irakienne.

Depuis le début de la campagne militaire turque, les conditions humanitaires à Afrin ne cessent de se dégrader.
Share/Save/Bookmark