La tension gazière et pétrolière monte entre l’Égypte et la Turquie

Taghrib (APT)
Après les escarmouches diplomatiques, place aux frictions militaires : les marines des deux pays se défient en Méditerranée, près de Chypre, tandis que les médias égyptiens et turcs ont déjà engagé les hostilités. À l’origine, des gisements gaziers à Chypre, mais aussi la déposition des Frères musulmans du pouvoir égyptien en 2013.
date de publication : Sunday 4 March 2018 13:17
Code d'article: 315937
 
La tension gazière et pétrolière monte entre l’Égypte et la Turquie
C’est aux alentours de Chypre que se trouvent les plus grands gisements gaziers de Méditerranée. Une région exploitée par la Grèce, l’Égypte et, bien entendu, Chypre qui ont conclu un accord tripartite. Cet accord n’est pas du goût d’Ankara qui ne reconnaît pas sa légitimité et prétend y avoir des droits, du fait de son occupation du nord de Chypre, rapporte RFI.

Le ministre égyptien du Pétrole, Tarek al-Mala, s’est dit serein, car « l’accord de délimitation des frontières maritimes entre l’Égypte et Chypre signé en 2013 a été présenté à l’ONU et il contient des plans bien précis de la démarcation des frontières ».

« Personne n’est en droit de s’y opposer. S’ils veulent exploiter les gisements, ils peuvent le faire de l’autre côté de nos frontières, du côté de la Chypre », a-t-il affirmé, rapporte la chaîne RT.

« Les projets d’exploitation dans le champ gazier de Zohr, près de la ville côtière de Port-Saïd dans le nord de l’Égypte, sont totalement légaux. Nos activités dans ce champ ne sont pas secrètes. Nous connaissons nos limites », a-t-il rétorqué. 

Les relations diplomatiques entre l’Égypte et la Turquie se sont tendues après la destitution, le 3 juillet 2013, du président égyptien Mohamed Morsi, proche des Frères musulmans et du Premier ministre turc. « Je ne respecterai jamais ceux qui sont arrivés au pouvoir par un coup d’État », avait réagi le président turc Erdogan.
 
Share/Save/Bookmark