Erdogan parle implicitement d'un pays qui a fourni le missile antichar aux kurdes syriens

Taghrib (APT)
Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé dimanche que la Turquie disposait d'informations sur l'origine du missile antichar qui a tué la veille cinq soldats turcs dans le nord de la Syrie, mais qu'il était trop tôt pour révéler le nom du pays qui avait fourni cette arme aux combattants kurdes.
date de publication : Monday 5 February 2018 12:35
Code d'article: 310177
 
"Nous possédons des informations, mais il ne serait pas juste d'en faire état publiquement avant que nous n'ayons une certitude absolue", a déclaré à la presse le chef d'Etat turc, avant de quitter Istanbul pour une visite à Rome et au Vatican.

"Quel qu'il soit (celui qui a donné cette arme, NDLR), il a pris le parti des terroristes. Une fois que cela sera certain, nous partagerons cette information avec le monde entier", a-t-il ajouté.

Les médias progouvernementaux turcs ont affirmé dimanche que cette attaque avait été menée à l'aide d'un missile antichar fourni aux YPG par les Etats-Unis, ce qui n'a pas été confirmé.

Dimanche, deux soldats turcs ont été tués, portant à 16 le nombre de militaires turcs tués dans l'offensive de l'armée turque en Syrie. Avec sept soldats tués, dont cinq dans un char, la journée de samedi avait été la plus meurtrière pour l'armée turque depuis le lancement le 20 janvier de cette offensive visant à déloger de l'enclave syrienne d'Afrine les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde syrienne alliée et armée par les Etats-Unis.

Le président Erdogan a aussi promis qu'en dépit des pertes, la Turquie poursuivrait son offensive "avec détermination".

Il a aussi assuré que 935 "terroristes" avaient été "neutralisés" depuis le début de l'opération, un chiffre qu'il n'est pas possible de vérifier de façon indépendante.

Ankara accuse les YPG d'être la branche en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par la Turquie et ses alliés occidentaux, et qui est engagée dans une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984.
 
Share/Save/Bookmark