Syrie: les Kurdes craignent d'être lâchés par les Etats-Unis et leurs alliés

Taghrib (APT)
Les Kurdes syriens, armés et soutenus par les Etats-Unis et leurs alliés pour combattre l'armée syrienne et certains groupes rebelles, craignent d'être désormais abandonnés par leurs alliés occidentaux.
date de publication : Wednesday 24 January 2018 10:27
Code d'article: 307629
 
Syrie: les Kurdes craignent d
Les forces turques et leurs alliés arabes ont attaqué samedi la région d'Afrine, bastion dans le nord-ouest de la Syrie des Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde considérée comme terroriste par Ankara mais soutenue par Washington.
 
Cette offensive intervient après l'annonce par la coalition internationale américaine de la création d'une force frontalière de 30.000 hommes dans le nord syrien, avec notamment des combattants des YPG.

Ces YPG sont l'épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes soutenue par Washington en Syrie.

Mais Ankara refuse l'établissement à sa frontière sud d'une fédération auto-proclamée par les Kurdes, la Rojava, au nom de sa sécurité nationale, et accuse la milice d'être la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984.

"Pour nous, les Etats-Unis ont une obligation morale de protéger la démocratie et le système démocratique dans cette région", a dit à Washington Sinam Mohamed, représentante de la Rojava, assurant que le PKK est un problème interne à la Turquie.

Les responsables américains, jusqu'à M. Trump qui doit parler mercredi à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, ont appelé la Turquie à "la retenue" tout en reconnaissant son "droit légitime" à se "protéger".

Le président français Emmanuel Macron s'est dit "préoccupé" et l'Union européenne "extrêmement inquiète" par cette offensive.

Washington a soutenu militairement les Kurdes l'est de l'Euphrate mais, à l'ouest du fleuve, les peshmergas sont seuls. Omar Mahmoud, un combattant des YPG originaire de Tal Tamr (nord-ouest de la Syrie), est indigné par le "silence américain" face à l'offensive turque.

"Les Kurdes ont combattu Daech, pour défendre tout le monde, ils se coordonnaient avec la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis", a dit l'homme de 35 ans à l'AFP. "Maintenant les Etats-Unis sont silencieux et c'est décevant".

 
Share/Save/Bookmark