Tunisie: une contestation explosive mais pour l'instant vaine

Taghrib (APT)
La flambée de contestation sociale en Tunisie contre les mesures d'austérité met en évidence la fragilité du compromis démocratique mais manque de relais politique pour changer en profondeur la situation.
date de publication : Friday 12 January 2018 17:47
Code d'article: 305154
 
Si le déclencheur cette année a été une loi de finances prévoyant des augmentations d'impôts après une année de forte hausse des prix, "le fond des revendications reste le même que depuis 2011", souligne Selim Kharrat, un analyste politique tunisien.

Les protestataires réclament avant tout dignité et travail, les slogans de la révolution qui avait renversé la dictature en 2011("travail, liberté, dignité nationale").

Ce sont également "les mêmes populations qui portent ces revendications: des jeunes au chômage, qui souvent ne trouvent pas d'autres moyens que les émeutes pour exprimer leurs revendications en l'absence de réseaux formels de concertation, notamment à l'échelle locale", souligne M. Kharrat.

Mais si auparavant les heurts se produisaient à l'issue de manifestations généralement pacifiques, "l'explosion de violence a été quasi immédiate" en ce début d'année, souligne le politologue tunisien Hamza Meddeb. Ce chercheur rattaché à l'Institut de relations internationales Chatham House, basé à Londres, explique cela par une "colère sociale très forte" et une "classe politique de plus en plus coupée de la population".

S'il est difficile de quantifier la mobilisation pour comparer les troubles récents à la dernière grande vague en date en 2016, la tension semble retomber plus rapidement. La perspective d'un couvre-feu, décrété des jours durant il y a deux ans, paraît s'éloigner pour le moment avec une accalmie constatée depuis jeudi soir.
 
Share/Save/Bookmark