L'Iran pourrait surprendre les Américains

Taghrib (APT)
L'Iran répondra à toute tentative des États-Unis pour éliminer l'accord de 2015 sur le nucléaire par une réaction rapide qui pourrait surprendre les Américains, a mis en garde mercredi un responsable du ministère des Affaires étrangères.
date de publication : Thursday 11 January 2018 18:23
Code d'article: 304965
 
"L'Iran est préparé aux pires scénarios concernant l'accord sur le nucléaire connu sous le sigle international de JCPOA", a déclaré Majid Takht Ravanchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères en charge des affaires européennes et américaines, cité par l'agence de presse Tasnim.

Signé en 2015 par l'Iran et six grandes puissances comprenant la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU) et l'Allemagne, l'accord sur le nucléaire iranien a pour nom officiel Plan complet d'action conjointe, ou Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA).

Selon cet accord, l'Iran s'engage à montrer sa volonté d'utiliser l'énergie pacifique nucléaire en échange de la levée de sanctions internationales sur la République islamique.

Il est difficile de prédire la décision que doit prendre prochainement le président des États-Unis, Donald Trump, au sujet de cet accord, a déclaré M. Ravanchi en ajoutant que la réaction rapide de Téhéran à toute violation de cet accord "surprendrait" Washington.

"Si les États-Unis se retirent du JCPOA, l'Iran exécutera son plan de réponse si rapidement que les Américains seront surpris", a-t-il dit.

Le 13 octobre, M. Trump a annoncé avoir décidé de retirer à l'Iran la certification de respect de l'accord sur le nucléaire, ce qui n'a pas retiré les États-Unis de l'accord mais a déclenché une procédure donnant au Congrès américain 60 jours pour décider s'il réactive les sanctions liées au nucléaire sur l'Iran.

En l'absence de décision du Congrès au cours des mois écoulés depuis, la balle est revenue dans le camp de M. Trump, qui doit décider à la mi-janvier s'il souhaite lever ou réactiver les sanctions sur l'Iran.

Depuis, cet accord a permis de calmer la crise et de renforcer le régime international de non-prolifération. L'Iran a mis en garde les États-Unis de manière répétée contre une dénonciation de cet accord, et les autres parties impliquées dans cet accord sont également opposées dans une large mesure à une telle décision.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), chargée de la surveillance des activités nucléaires iraniennes, a jusqu'à présent certifié à huit reprises le respect par l'Iran de l'accord sur le nucléaire.
 
Share/Save/Bookmark