Un nouveau mini-sommet européen face au défi migratoire

Taghrib (APT)
Les dirigeants de sept pays du sud de l'Union européenne se retrouvent mercredi soir à Rome pour afficher leur unité et évoquer une nouvelle fois le défi migratoire auquel beaucoup d'entre eux sont confrontés.
date de publication : Wednesday 10 January 2018 13:13
Code d'article: 304651
 
Les chefs d'Etat ou de gouvernement des pays participants (Italie, France, Espagne, Portugal, Grèce, Chypre et Malte) sont attendus pour une courte réunion à 19H00 (18H00 GMT), suivie d'une conférence de presse commune puis d'un dîner de travail.

Il s'agit de la quatrième rencontre sous ce format, initié en septembre 2016 par le Premier ministre grec Alexis Tsipras. Deux autres réunions ont suivi en 2017, à Lisbonne en janvier et à Madrid en avril.

Au menu des discussions: l'avenir de la zone euro, la promotion d'une vision protégeant la croissance, l'emploi et les investissements, la préparation des élections européennes de 2019 avec les listes transnationales et le projet du président français Emmanuel Macron de consultations populaires... et surtout la situation migratoire.

Pour l'Italie, l'année 2017 a été celle d'un tournant: le pays est passé d'un flux toujours plus massif au premier semestre aux prémices d'une immigration choisie, au prix d'accords controversés en Libye qui ont limité les arrivées à 119.000, soit 35% de moins qu'en 2016.

En Espagne en revanche, des Algériens et des Marocains sont venus grossir les arrivées sur les côtes, passées de 6.000 en 2016 à près de 23.000 migrants en 2017.

En Grèce, l'accord entre l'Union européenne et la Turquie a limité le nombre d'arrivées à 28.800 personnes, soit six fois moins qu'en 2016.

Parallèlement, le nombre de migrants morts et disparus en mer Méditerranée est passé de près de 5.000 en 2016 à 3.116 en 2017, pour la plupart au large de la Libye, où le taux de mortalité reste relativement constant, autour de 1 pour 40.

 
Share/Save/Bookmark