La décision de Trump entraîne l'unité des musulmans

Taghrib (APT)
La réaction est vive à la décision du président américain déclarant le transfert de l'ambassade américain à Qods. Concernant la question, le membre du conseil suprême du Conseil mondial du rapprochement des écoles islamiques insiste que la réalisation de cette décision est un grand complot et donc, les musulmans doivent laisser la dispersion et garder leur unité.
date de publication : Tuesday 12 December 2017 11:22
Code d'article: 298835
 
La décision de Trump entraîne l
Trump joue avec le sentiment des musulmans par sa décision. Il veut humilier les musulmans en les provoquant et en montrant qu'il fait toute chose voulue. Tout le monde entier sait que Beyt ul-Moqadas appartient aux Palestiniens et des musulmans le respectent depuis des siècles. Cette décision provoque les musulmans et  dérangent les peuples libres, a déclaré Molavi Eshagh Madani dans un entretien avec le journaliste de l'agence Taghrib (APT).

 Il est possible que les Etats-Unis veuillent constater les réactions des musulmans en annonçant cette décision, mais si cette décision est sérieuse, certes le monde sera confronté à une grande crise. Il semble que les musulmans, malgré toutes leurs difficultés, n'accepteront pas facilement cette décision, a-t-il indiqué.

Avec cette décision, les Etats-Unis seront isolés. Les critiques des musulmans contre les Etats-Unis seront influentes. Les musulmans monteront une bonne réaction et cela isolera les Etats-Unis. Les pays européens sont également insatisfaits envers cette décision, a-t-il précisé.

L'unité des musulmans est un obstacle au transfert de l'ambassade des Etats-Unis à Beyt ul-Moqadas. Malgré la dispersion actuelle entre les musulmans, cette question apporte de bons résultats pour les musulmans et ils gardent leur unité en annonçant par une voie unie que Beyt ul-Moqadas est la Qibla des musulmans et l'endroit du Miraj du noble prophète de l'islam. Certainement, les musulmans n'acceptent pas cette abjection et deviennent unis contre l'ennemi, a-t-il ajouté.   
    
Share/Save/Bookmark